Menaces sur la protection du littoral en Outre-mer

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Gérard Le Cam Modifié le 29 mai 2013 à 17h09

La zone dite aujourd'hui des cinquante pas géométriques est issue de la réserve domaniale, autrement dit des cinquante pas du roi, système qui visait à protéger les rivages des Antilles et de la Réunion contre des incursions ennemies.

Cette notion des cinquante pas géométriques concerne l'outre-mer, ou plutôt les outre-mer. En effet, dans ce domaine aussi, on peut noter des différences fondamentales entre les situations de la Réunion, de la Martinique et de la Guadeloupe. C'est ainsi qu'à la Réunion la zone des cinquante pas géométriques est devenue aliénable, donc prescriptible, dès 1922 ; à la suite de cette décision, la situation a été définitivement réglée pour la Réunion.

En revanche, le caractère prescriptible de la zone n'a pas été reconnu pour les Antilles par la jurisprudence. En Martinique et en Guadeloupe, pour mettre un terme aux problèmes liés à l'occupation sans titre de la zone des cinquante pas géométriques, la loi du 30 décembre 1996 a mis en place de nouveaux mécanismes de cession de ces terrains de cette zone relevant du domaine public maritime.
Parmi ces mécanismes figurait la création d'agences, qui constituent un instrument de coopération entre l'État et les communes, et sont chargées notamment de régulariser les occupations sans titre sur la zone.

Force est de le constater, les agences antillaises ont encore à faire : en effet, le nombre de « cessions-régularisations » reste très faible. Selon les chiffres qui nous ont été fournis, encore 8 000 occupants sont concernés.

Les autres missions de ces agences sont d'établir des programmes d'équipement des terrains mis à disposition, de vérifier la cohérence entre les cessions et ces programmes, de réaliser certains travaux d'équipement et de lutter contre l'habitat spontané.
L'habitat spontané est aussi, rappelons-le, une question d'une extrême importance outre-mer, au même titre que l'habitat insalubre, l'habitat précaire et, plus généralement, le logement.

Si la question humaine doit être mise en avant pour régler la situation existant aux Antilles, soulignons que les zones aménagées et équipées ne sont pas si nombreuses, tandis que les constructions illicites sur les espaces littoraux ont continué, quant à elles, à se développer.

Il n'est pas question de jeter la pierre à qui que ce soit

Nous dressons seulement le constat suivant : les quatre départements d'outre-mer regroupent 92 communes littorales au sens de la loi Littoral : 33 en Martinique, 25 en Guadeloupe, 15 en Guyane et 19 à la Réunion.
En 1999, la population des communes littorales des départements d'outre-mer approchait 1,5 million d'habitants. La densité de population était forte sur le littoral de Martinique, de Guadeloupe et de la Réunion, avec environ 300 habitants par kilomètre carré. C'est le reflet d'une densité de population élevée sur l'ensemble du territoire de ces trois îles, amplifiée en bord de mer.

Cette densité est supérieure à la moyenne littorale métropolitaine, estimée, quant à elle, à 270 habitants par kilomètre carré, l'essentiel de la population des départements d'outre-mer se concentrant en effet en bord de mer.
Les raisons d'une telle situation sont simples : le relief est accidenté à l'intérieur des terres. À la Réunion se dressent le piton des Neiges et le piton de la Fournaise ; en Guadeloupe, sur la commune de Basse-Terre, c'est le massif de la Soufrière ; et en Martinique, c'est la montagne Pelée.

Une autre raison d'une telle densité tient à la progression démographique de l'outre-mer, à des taux très différents, certes. Ainsi, la densité de population a augmenté de 21 habitants par kilomètre carré dans les communes littorales des Antilles et de 47 habitants par kilomètre carré à la Réunion.
La pression humaine reste donc très forte et s'accroît sur un territoire restreint, qui possède d'ailleurs une haute valeur patrimoniale.

L'enjeu très fort du foncier

Je rappellerai seulement que l'État dispose, au total, de quelque 7 770 hectares au titre de la zone des cinquante pas géométriques, dont 4 263 en Guadeloupe et 3 516 en Martinique.
La question est donc importante, et il convient que tout soit mis en œuvre pour que ni les populations ni les possibilités de développement économique ne soient remises en cause. Telle est bien la mission de ces agences.

Cette proposition de loi vise à reporter une nouvelle fois leur échéance, en la fixant cette fois au 1er janvier 2016.
Cependant, cela ne doit pas nous empêcher de constater qu'il s'agit bien d'une question de déclassement des espaces, du public vers le privé. Cette « privatisation » a eu pour conséquence inéluctable de faire augmenter de façon considérable le prix du mètre carré, permettant à de grands groupes hôteliers d'occuper cet espace pour y construire des résidences de luxe, mais jouant considérablement en défaveur des agriculteurs.

Je voudrais conclure en rappelant la stratégie nationale pour la mer et le littoral

Notamment le volet spécifique à l'outre-mer, destiné à favoriser l'économie des territoires ultramarins.
Lors de son élaboration sous l'ancienne présidence, la mission d'accompagnement créée par le gouvernement Fillon en vue de l'exploitation d'hydrocarbures au large de la Guyane avait notamment été mise en avant. Il s'agissait aussi de soutenir les projets de développement des énergies marines renouvelables à la Réunion. Ces projets, malheureusement, ont connu un net ralentissement.

Mais le plus important reste la question de la protection et de l'aménagement du littoral. Les écosystèmes concernés sont aujourd'hui affectés par des pollutions, et on constate dans toutes les îles une érosion de cette zone, accentuée par les premiers effets du changement climatique.

Il n'est pas non plus inutile de rappeler que, au-delà de la question de l'occupation de la bande littorale, d'autres actions doivent être menées pour protéger cet espace. Elles portent sur la qualité des eaux, la prévention des risques naturels et de l'érosion, ainsi que la préservation de la biodiversité et des sites, le tout devant être fait sans pénaliser le développement des activités économiques.
C'est une question de juste équilibre à trouver, pour l'outre-mer comme pour tout le littoral français.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Sénateur (groupe CRC) des Côtes-d'Armor. Vice-Président de la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire.

Aucun commentaire à «Menaces sur la protection du littoral en Outre-mer»

Laisser un commentaire

* Champs requis