La provenance des viandes dans les préparations toujours opaque

Par Olivier Sancerre Modifié le 9 février 2016 à 11h20
Shutterstock 310235093
1,5Le surcoût de l'information sur les étiquettes est de 0,7%, soit 1,5 centime d'euro pour une barquette de lasagnes.

En 2012, le secteur de l’industrie des préparations alimentaires était secoué par un scandale de grande ampleur, celui des lasagnes à la viande de cheval. Quatre ans plus tard, est-ce que les choses ont changé ? Pas vraiment, déplore l’UFC-Que Choisir.

En 2016, le constat d’échec est le même qu’en 2012 : les industriels ne font pas preuve d’une très grande transparence sur l’étiquetage de leurs préparations à base de viande. L’association de consommateurs a étudié les étiquettes de 245 plats préparés provenant de 13 marques nationales et 7 enseignes de la grande distribution.

Déplorables

Les résultats sont déplorables : 54% des produits n’affichent tout simplement pas la provenance de la viande. C’est pire pour le poulet, puisque 74% des produits scrutés par l’UFC-Que Choisir ne comprennent aucune traçabilité de la viande (le pourcentage est de 92% pour les sandwichs au poulet !). Pour les produits à base de porc, le défaut d’étiquetage monte à 57%, et de 30% pour le bœuf.

Coûts

Pour leur défense, les industriels évoquent le coût lié à la traçabilité des produits. En attendant qu’une solution soit trouvée (ou que la loi les oblige à la transparence), ce sont les produits de Sodebo, du Père Dodu et de Daunat qui sont les plus opaques : 0% affiche la provenance des viandes… Du côté des distributeurs, Système U, avec 48%, Leader Price (23%) et Leader Price (23%) sont les mauvais élèves.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «La provenance des viandes dans les préparations toujours opaque»

Laisser un commentaire

* Champs requis