Les publications économiques continuent de montrer à quel point les données sont mauvaises

Par Esty Dwek Publié le 27 avril 2020 à 11h18
Richesse Oxfam Concentration 1
1739 DOLLARSL'once d'or valait 1.739 dollars la semaine du 20 avril 2020.

Que s’est-il passé ?

  • Les marchés actions ont été mitigés vendredi, les États-Unis étant en hausse (+1,4 %) et l'Europe en baisse (-1,5 %), reflétant la tendance de toute la semaine, les États-Unis ayant juste avancé tandis que l'Europe a reculé, les investisseurs continuant à peser les progrès réalisés pour contenir le virus et les annonces de réouverture contre la réalité économique à laquelle sont confrontées les économies et les entreprises. Depuis le fort rebond des indices, nous sommes restés dans une large fourchette depuis plusieurs semaines maintenant. Ce matin, les futures sont positifs.

  • En effet, les publications économiques continuent de montrer à quel point les données sont mauvaises, avec des PMI flash, en particulier dans le secteur des services, à des niveaux historiquement bas. Les données européens ont été moins bonnes que celles des États-Unis, et le secteur manufacturier a mieux résisté. L'Ifo allemand a également montré une nouvelle baisse de la confiance et les ventes au détail au Royaume-Uni ont connu leur pire chute jamais enregistrée. Aux États-Unis, le nombre de demandes initiales d'allocations de chômage a atteint 4,4 millions, ce qui porte à 26 millions le nombre de demandes des dernières semaines.

  • Les résultats continuent de montrer un tableau mitigé et un manque d'orientation, avec les ventes d'Unilever en baisse, Amex réduisant ses coûts tandis que la Deutsche Bank a surpris ce matin. Cette semaine, nous auront beaucoup de publications, avec des sociétés comme Adidas et Bayer aujourd'hui.

  • En termes de relance, les dirigeants de l'Union européenne ont avancé sur un fonds de relance qui devrait faire plus de 1 000 milliards d'euros, bien que peu de détails soient disponibles et que le calendrier ne soit pas clair. Le président Trump a signé la « phase 3.5 », qui devrait permettre de financer à nouveau le SBA (Small Business Administration). Et cette semaine, la Banque du Japon, la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale se réuniront, la BoJ annonçant ce matin des achats illimités d'obligations.

  • Les rendements du Trésor américain sont restés stables vendredi avant d'augmenter ce matin, le rendement des obligations à 10 ans étant de 0,62 %, tandis que le rendement du Bund allemand à 10 ans est tombé à -0,47 % vendredi après avoir atteint jusqu'à -0,38 % jeudi. Les spreads de crédit se sont resserrés de quelques points de base pour terminer la semaine en IG, tandis que les spreads HY se sont un peu élargis. Les spreads italiens se sont resserrés à 231 points de base après l'annonce de la BCE jeudi.

  • Les prix du pétrole se sont stabilisés en fin de semaine, car les réductions de production pourraient survenir plus tôt que prévu, avant de se replier ce matin, avec le WTI à 15 dollars le baril et le Brent à 20 dollars le baril. L'or a grimpé à 1739 dollars l'once la semaine dernière avant de se replier à 1723 dollars l'once ce matin, tandis que le dollar a progressé en raison d'une semaine « risk off » avant de chuter également ce matin.

  • Nous continuons à penser que les niveaux et les valorisations actuels (qui remontent aux niveaux de février) sous-estiment encore les risques à venir – que ce soit en termes d'impact de la crise sur la croissance et les bénéfices, de l'échelonnement et de la progressivité de la reprise, du risque d'une deuxième vague de contagion avec le dé-confinement et des pertes d'emplois plus permanentes si nous voyons davantage de faillites. En bref, nous ne nous attendons pas à une transition sans heurts vers « l'après-corona » et nous pensons donc que des risques de baisse subsistent.

Ce que nous regardons :

  • Nous surveillons les annonces de réouverture progressive pour voir comment elles se déroulent dans les différentes régions, pays et industries, car la reprise ne peut pas être simplement « enclenchée ». Nous cherchons à voir si les cas restent contenus avec des mesures de confinement plus souples pour voir si le chemin sera linéaire.

  • Nous examinons comment les mesures de relance peuvent être déployées pour éviter des vagues de faillites et de défauts, et comment les défauts peuvent être clôturés si/quand ils se produisent. En effet, il est encore trop tôt pour dire si ces mesures seront suffisantes pour éviter les conséquences les plus négatives de l'épidémie, bien que la Fed en particulier fasse tout ce qui est en son pouvoir – et même au-delà – pour limiter ces risques..

  • Nous examinerons de près les estimations des bénéfices à mesure qu'elles seront révisées à la baisse. Il se peut que les marchés ne tiennent actuellement pas suffisamment compte de l'ajustement, d'autant plus que les valorisations ne seraient pas aussi attrayantes avec un "E" beaucoup plus bas.

  • Nous surveillons les marchés du crédit et du financement pour voir si les mesures massives prises par les banques centrales, tant aux États-Unis qu'en Europe, contribuent à atténuer les tensions récentes. Pour l'instant, nous pensons que les banques centrales parviendront à maintenir les risques systémiques à un faible niveau afin d'éviter une crise du crédit.

En tant que Directeur de la Recherche Macroéconomique et Thématique de Natixis Investment Managers Dynamic Solutions, Esty Dwek est responsable des études de marché, des vues macroéconomiques, des idées d'investissement, des vues sur l’ensembles des classes d’actifs et en matière d’allocation d’actifs ainsi que des hypothèses de rendement à long terme. Ces vues aident à éclairer les décisions d'investissement dans les portefeuilles de Dynamic Solutions.

Aucun commentaire à «Les publications économiques continuent de montrer à quel point les données sont mauvaises»

Laisser un commentaire

* Champs requis