Petroplus : aucune des cinq offres n’est recevable

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 6 février 2013 à 15h44

Voilà un sacré coup d'épée dans l'eau !

Alors que cinq groupes s'étaient déclarés intéressés par l'offre de reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne en Seine-Maritime mardi 5 février dernier, ce mercredi, l'espoir retombe du côté des salariés.

En effet, aux yeux des administrateurs judiciaires chargés d'étudier les différentes propositions de reprise, aucune offre ne présente de garanties financières suffisantes pour pouvoir racheter la raffinerie de Seine-Maritime. C'est en tout cas ce qu'ils auraient déclaré aujourd'hui aux représentants du personnel réunis lors d'un comité d'entreprise, ou plutôt devrait-on dire, de crise.

Ce qui reporte donc l'audience du tribunal de commerce pour statuer d'une éventuelle reprise. Ce qui accélère également la procédure de licenciement des 470 salariés de Petit-Couronne, sur la sellette. Pour autant le lancement du plan social ne signifie pas forcément l'arrêt des recherches d'un quelconque repreneur.

La date butoir a été fixée au 16 avril prochain pour les possibles repreneurs, qui devront, avant cette date, proposer une nouvelle offre dans l'espoir qu'elle sera retenue par le tribunal. On rappelle que parmi les candidats à la reprise du centre Petroplus, figuraient notamment l'entreprise franco-libanaise NetOil, le suisse Terrae, l'égyptien Al, le libyen Murzuq Oil et le nigérian FJ Energy.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Petroplus : aucune des cinq offres n’est recevable»

Laisser un commentaire

* Champs requis