Une grogne semble grandir contre le système de répartition des retraites

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Daniel Moinier Publié le 2 novembre 2021 à 5h36
Hamon Programme Societe Presidentielle 2017 Argent Smic
1589 EUROSA la faveur d?une hausse de l'inflation, le smic passe de 1.554 à 1.589 euros brut par mois.

Les conférences ont partiellement repris depuis la fin du Covid et lors de discussions, je me suis aperçu qu’un sujet revenait assez souvent sur « le tapis », y compris chez certains médias : Quelle retraites allons-nous avoir ? Vous retraités avec « vos super revenus », vous êtes sauvés, alors que nous, salariés, nous n’aurons que de petites retraites et dans l’obligation de mettre de l’argent de côté (si l’on peut) pour vivre correctement pendant nos vieux jours.

Si vous voulez des explications sur le sujet, lisez un article précédent qui le traite en détails. (Différence entre niveau de retraites et salaire moyen).

Et ce ne sera pas avec certaines propositions de candidat(e)s à l’élection présidentielle de 2022 que l’on réglera le problème :

  • Passer de 35 heures à 32 heures, voire 28 heures/semaine et même la semaine de 4 jours ! (y compris par la CGT et Sud Rail)

  • Retraites redescendues à 60 ans

Ci-dessous je vous propose des articles de médias pour vous faire découvrir la folie des propositions de candidats et aussi de certains syndicats à contre-courant des études (et les miennes) pour revenir à l’équilibre de notre pays :

Et si vos week-ends commençaient systématiquement le jeudi soir ? La question n’est pas si anecdotique. À quelques mois de l’élection présidentielle, l’idée de réduire le temps de travail revient sur le tapis… et se concrétise aussi au sein de quelques entreprises.

Les 32 heures, c’est possible et c’est urgent ! ?Jeudi 14 octobre la CGT a lancé une campagne nationale en faveur de la réduction du temps de travail hebdomadaire à 32 heures. 23 ans après la « loi Aubry 1 » instaurant les 35 heures, plusieurs candidats à l’élection présidentielle de 2022 se disent favorables à une réouverture du débat. Ils sont à gauche de l’échiquier politique.

Travailler tous, travailler moins, travailler mieux? : le candidat communiste Fabien Roussel partage le slogan de la CGT. Tout comme le patron de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui prône une nouvelle réforme du temps de travail..
« Les conditions de travail se sont beaucoup dégradées, le télétravail a pris de l’ampleur », donc « ?il faut reposer la question de comment on partage son temps »,
estime la candidate PS à la présidentielle Anne Hidalgo. Mais elle n’entend pas passer par la loi, préférant miser sur les négociations de branche ou interprofessionnelles, comme pour les revalorisations salariales.

S’il était élu, le candidat écologiste Yannick Jadot voudrait quant à lui lancer une convention citoyenne sur les temps de travail et la santé au travail?. Mais lors du débat avec son adversaire Sandrine Rousseau qui elle se disait pour la semaine de 32 heures, a affirmé que son adversaire devait défendre la baisse du temps de travail et la semaine de quatre jours : 32 heures sur la semaine avec compensation pour les salaires les plus faibles (Qui paiera ?)

C’est aussi le cheval de bataille de l’Eurodéputé Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), qui s'était déclaré candidat à la présidentielle en juillet et qui est l'initiateur de cette semaine de 4 jours et la prônant lors de ces nombreuses conférences et réunions dans toute la France depuis les années 1990.

Le comble ! C’est ce qu’annonce la CGT, SUD et beaucoup d'organisations, de gauche dont la Convention Citoyenne pour le Climat (qui a fait tout de même marche arrière) :

Défendre les 32h. ce n'est pas suffisant, et pas assez efficient pour changer en profondeur la société ! Il faut aller plus loin et réduire le temps de travail à 28h par semaine.

28 heures, c'est :

- plus d'emplois créés donc moins de chômage

- plus de temps à soi, pour s'investir dans la vie politique, la vie associative, faire quelque chose de productif mais autrement

- plus de temps de présence des parents à la maison, donc plus de temps passé en famille et plus de temps consacré aux enfants et à leur éducation

- moins de monde dans les embouteillages et les transports en commun, parce que le salarié qui me remplace le vendredi ou je ne travaille pas n'emprunte pas forcément la même ligne ou la même route ;

- moins de stress, moins d'arrêts maladie, moins de dépressions et moins de troubles psycho-sociaux liés au travail.

Nota de l’auteur : Si l’on veut garder la même productivité globale cela va être très compliqué. Avec les 35 heures, la France a déjà rétrogradé à la 29ème place, alors avec les 28 heures …..!!!

Ce n’est pas nécessaire de travailler une heure à fond si l’on ne fait qu’une heure !!! Travailler plus avec une productivité horaire un peu moindre permettrait de diminuer le stress tout en ayant une productivité globale bien meilleure. D’autres pays l’on fait et ont réussi, pourquoi pas nous ?

Heureusement, d’autres vont dans l’autre sens :

À droite, à l'inverse et sans surprise, Xavier Bertrand propose une « société du travail » et veut davantage "libérer" le travail". Il propose une suppression des impôts et des cotisations sociales au-delà des 35 heures légales. Le patron des Hauts-de-France n'est d'ailleurs pas hostile à un retour aux 39 heures.

Arnaud Montebourg s’oppose à Anne Hidalgo sur la question de la réduction du temps de travail. Selon lui, il vaut mieux se concentrer sur les salaires car « ça n’est pas interdit de travailler plus »

Contrairement à ses options premières d’il y a plusieurs années, cet allongement à 39 heures était également défendu par Marine Le Pen, elle se disait pour cela favorable à des accords de branche, pour qu'il ne soit pas trop brutal. Par contre elle prône toujours le retour à la retraite à 60 ans.

Valérie Pécresse, met la «revalorisation du travail» au cœur de son programme économique. Elle prône des départs à 65 ans et le coeur de son projet : augmenter les salaires de 10% sans que cela ne coûte aux entreprises. Je laisse aux entreprises et aux branches la liberté de la négociation du temps de travail et du salaire. S’il n’y a pas d’accord, la durée du travail sera 39 heures payées 39 heures, sans aucune perte de salaire. Pour ceux qui sont déjà à 39 heures avec heures supplémentaires, le salaire sera maintenu, a-t-elle ajouté.

Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de "Debout la France", entend quant à lui "rétablir le dispositif d’exonération des heures supplémentaires qui assouplira les 35 heures" : c'était déjà son programme en 2017.

Le Général Antoine MARTINEZ candidat depuis juillet 2020 avec son mouvement apolitique les VPF (Volontaires pour la France), propose de passer les départs en retraites à 65 ans, de supprimer les 35 heures en libérant le temps de travail par négociations et tendre à revenir aux 40 heures (et des propositions en 19 paragraphes).

Pourquoi vous avoir montré toutes les propositions des principaux candidats et syndicats en partant d’articles qui passent sur des médias et réseaux sociaux, tout simplement parce que ces propositions auront une très forte influence sur l’avenir de la France, son redressement ou à l’inverse, l’augmentation de son enlisement.

Et c’est là que revient le problème des retraites et la pérennité du système de répartition.

Il semble que nos concitoyens se sont habitués à un temps de travail écourté, à des loisirs, des temps de décontraction. Et pourtant, nous sommes un des pays :

  • Les plus pessimistes

  • Les plus preneurs d’anxiolytiques

  • Avec un taux de suicides important

  • Champion du monde d’animaux de compagnie

  • Avec un taux de grèves élevé

  • Recordman des manifestations (Y compris virulentes)

Et avec cela un taux de mécontentements très élevé, à tel point que beaucoup ne vont plus voter !!!

Et pourtant, nous avons les 35 heures (Les seuls) une durée d’activité des plus courtes (départs à 62 ans et même largement en dessous avec toutes les préretraites et encore moins si l’on tient compte de la fonction publique et assimilées).

Alors qu’est-ce qui ne va pas en France malgré beaucoup « d’avantages et 450 aides sociales » ?

Des concitoyens qui se plaignent de la retraite par répartition car ils ont peur, à juste titre, qu’elles ne remplissent plus ses fonctions, c’est-à-dire avec de moins en moins d’arrivée d’argent dans les caisses qui ne pourront plus payer les pensions. Il en sera de même pour les Caisses de Sécurité Sociale et d’Assedic.

Certains souhaitent effectuer leur retraite tout seul. Alors que vont percevoir toutes les personnes qui ont eu des périodes souvent très longues de chômage, sans emploi du tout, de RSA, etc…Avec des salaires bas ou moyens, comment cotiser suffisamment pour percevoir une pension correcte si ce n’est pas obligatoire. Toutes les personnes qui n’ont pas cotisé vont se retrouver comme aux USA à « tirer la langue » ou devoir continuer à travailler très tard (80, 90 ans voire plus). Ceux qui ont de bons niveaux d’emplois et prévoyants s’en sortiront et pour les autres, débrouillez-vous ? Où est la solidarité tant demandée par certains !

Sans augmentation de temps de travail (payée), beaucoup de chômage, pas de possibilité de retrouver une France en équilibre, sereine, performante, avec une image internationale retrouvée, des concitoyens moins pessimistes et non revanchards, plus heureux et plus motivés.

www.danielmoinier.com

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.

Laisser un commentaire

* Champs requis