Retraites : les députés votent l’allongement de la durée de cotisation

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 9 octobre 2013 à 1h26

C'était l'un des points les plus controversés de la réforme des retraites voulue par le gouvernement. L'allongement progressif de la durée de cotisation, portée à 43 ans en 2035, a été voté hier par les députés à l'Assemblée nationale. Le texte doit maintenant passer entre les mains des sénateurs, à partir du 28 octobre.

La réforme des retraites, c'est maintenant, et c'est pour tous

Précisément, chaque travailleur né à partir de 1958 devra donc désormais cotiser, s'il veut bénéficier d'une retraite à taux plein, non plus 41 ans, mais : 41 ans et trois trimestres à partir de 2020, 42 ans à partir de 2023, et enfin 43 ans à partir de 2035. Pas d'autre allongement après, promis juré, dixit Jean-Marc Ayrault ! Et cette fois, les salariés du privé comme les fonctionnaires vont être mangés à la même sauce. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, avait prévenu au printemps dernier : « Tous les Français devront faire des efforts ».

Officiellement, l'âge légal de départ à la retraite reste fixé à 62 ans depuis la réforme Sarkozy en 2010. Mais bien évidemment, l'allongement de la durée de cotisation revient à le repousser discrètement. Le gouvernement a d'ailleurs reconnu que l'âge légal va "mécaniquement augmenter". On s'en doutait !

Objectif : sauver le système des retraites à la française !

Pendant la campagne, François Hollande avait promis « une réforme durable préservant le système des retraites par répartition ». Si rien n'était fait, le déficit du régime général devait frôler les 8 milliards d'euros d'ici 2020. Il y avait donc urgence. L'objectif du chef de l'Etat était de ramener ce déficit à zéro en 2020. Finalement, une fois les chiffres révisés, le déficit pourrait n'être plus qu'un mauvais souvenir à partir de ... 2040.

En mai dernier, la Commission Européenne insistait justement sur la nécessité pour l'Hexagone d'équilibrer son régime de retraites.

En 2012, 13,2 millions de personnes ont perçu une retraite du régime général, soit une hausse de 1% par rapport à l'année précédente. Et le montant des pensions versées a augmenté de 4% en l'espace d'une génération. A ce rythme-là, on comprend mieux pourquoi les déficits se creusent !

En mars, un sondage révélait que 57% des Français s'opposaient à l'allongement de la durée de cotisation au-delà des 42 annuités. Reste à savoir s'ils ont changé d'avis depuis !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis