Revenu de base : et pourquoi pas 750 euros par mois ?

Par Olivier Sancerre Modifié le 22 mai 2016 à 21h30
Evenue Base Jean Jaures 1
565 MILLIARDSPour financer un revenu de base de 750 euros par mois, il faut dégager 565 milliards d'euros.

Le revenu de base, c’est un sujet qui revient de plus en plus souvent dans l’actualité. L’idée fait en effet son chemin, et même si elle semble utopique, rien n’empêche d’en imaginer l’impact et la pertinence.

La dernière étude en date est celle de la fondation Jean Jaurès, un organisme proche du Parti Socialiste, a pris en compte trois paliers pour un revenu de base : 500, 750 et 1 000 euros. Le meilleur niveau, d’après la fondation, c’est celui intermédiaire. Avec 750 euros de revenus par mois (proche du seuil de pauvreté), on est capable de financer une bonne partie de son loyer et de ses frais de santé. Charge ensuite au salaire « normal » de prendre le relais pour le reste.

Un revenu pour tous les Français

Si ce revenu se destine à tous les Français sans exception, la somme serait variable selon l’âge : 225 euros pour les moins de 15 ans, 1 125 euros pour les plus de 65 ans, 750 euros entre 18 et 65 ans. Mais comment financer une telle mesure ? La question est loin d’être innocente : la fondation Jean Jaurès estime qu’elle revient à 565 milliards d’euros, soit la bagatelle de 26% du PIB ! Pour trouver cet argent, il faudra nécessairement réorienter la quasi-totalité des dépenses sociales : retraite, chômage, allocations familiales, assurance-maladie… Tout ou presque serait réaffecté au revenu de base.

Augmentation de la TVA

Il faudra aussi augmenter de deux points le taux de TVA pour boucler le financement de la mesure. Enfin, pas question de recevoir un chèque qui servirait à financer l’achat d’un smartphone ou d’une frivolité. Ce revenu de base serait versé sous forme de bons à échanger contre des prestations de logement, de transports, en santé ou en culture.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis