RSA : un foyer éligible sur trois ne le réclame pas

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 14 février 2022 à 11h52
Rsa Nombre Beneficiaires France Etat
750 millionsC'est environ 750 millions d'euros de prestations non versées.

Un tiers des ayant-droits au RSA, le Revenu de solidarité active, ne le réclament pas. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par la direction statistique du ministère de la Santé. Elle est donc tout ce qu’il y a de plus officielle. A cela, il y a de nombreuses explications, voici les principales.

RSA : les jeunes le demandent peu

La moitié des jeunes âgés de moins de 30 ans, dont les revenus leur permettraient de demander le RSA, ne le réclament pas. Certains estiment tout simplement ne pas en avoir besoin, car encore nourris logés blanchis par leurs parents. D’autres n’osent tout simplement pas, par pudeur. D’autres enfin ne réclament pas le RSA entre deux boulots, alors qu’ils y auraient droit.

Une autre population d’ayant droits au RSA ne le réclame que dans un cas sur deux : ce sont les couples sans enfants. Là, les services sociaux ont une explication toute simple : quand on ne touche aucune aide, par exemple, une aide au logement, ou encore des allocations familliales, on ne sait pas qu’on a quand même droit à quelque chose.

Le RSA plus demandé par certaines populations

La preuve : très peu de locataires de HLM qui ont droit au RSA oublient de le demander. A l’inverse, 60% de ceux qui vivent dans un appartement ou une maison qui leur appartient ne le demandent pas, quand leur situation financière leur donne droit au RSA.

Derniere fracture : quand on vit dans un petit village, on réclame beaucoup moins souvent les aides sociales, que lorsque l’on vit dans une grande ville. Une seule exception à cette règle : les Parisiens. Un ayant-droit sur deux dans la capitale, ne demande pas le RSA.

Retrouvez le podcast

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis