Et si la RSE pesait sur les futures fusions-acquisitions ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Hamish Gray Modifié le 21 février 2022 à 6h26
Fusion Societe Generale Credit Nord 2
1861 MILLIARDS €Les encours ESG avaient atteint 1.861 milliards d'euros fin 2019.

En tant que vice-président senior de l'organisation des services aux entreprises de Keysight, mon champ d'action s'étend, entre autres, à l'expérience et à la qualité client, aux affaires gouvernementales, aux fusions et acquisitions (M&A) et à la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Traditionnellement, les fonctions sont disparates, mais le lien croissant entre les performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) - qui sont suivies dans le cadre de la RSE - et les résultats commerciaux a entraîné une interconnexion croissante entre ces fonctions.

J'ai été particulièrement intrigué par l'intersection de la RSE et de la fonction de fusion et d'acquisition. Cela ne veut pas dire que les sujets ESG n'ont jamais été abordés dans les fusions et acquisitions, mais les récents événements sociétaux et climatiques ont particulièrement mis l'accent sur la durabilité environnementale et l'impact social, tout au long du processus de fusion et d'acquisition. Dès l'engagement des parties prenantes et tout au long des phases de mise en oeuvre d'une fusion-acquisition, l'examen des éléments ESG est essentiel au processus, tant pour les acheteurs que pour les vendeurs.

L'ESG élargit l'engagement traditionnel des parties prenantes pour les fusions et acquisitions

Traditionnellement axés sur la communauté des investisseurs et les intérêts des dirigeants d'entreprise, les professionnels des fusions et acquisitions reconnaissent la nécessité d'élargir les considérations relatives à l'ESG pour y inclure plus directement les parties prenantes :

  • Les clients ont des attentes spécifiques en matière d'ESG qui peuvent avoir un impact sur l'expansion de nouveaux marchés et donc sur les opportunités de revenus. En fin de compte, les clients souhaitent entretenir des partenariats avec des fournisseurs qui les aident à atteindre leurs propres objectifs ESG.

  • Les employés liés à leurs attentes en matière d'environnement et de justice sociale, qui peuvent faire ou défaire une intégration réussie s'il y a un désalignement perçu ou un changement dans les valeurs de l'entreprise. Cela est particulièrement vrai dans le secteur hautement compétitif de la technologie de nouvelle génération, où les employés veulent travailler pour une entreprise qui partage leurs valeurs, et leur permet de contribuer à la construction d'une meilleure planète.

  • Les communautés au sein desquelles les entreprises font des affaires et qui peuvent être affectées positivement ou négativement par les actions de fusion et d'acquisition. Les impacts perçus ou réels déterminent la perception et la préférence de la marque, tout en offrant la possibilité de construire des communautés locales prospères.

L'importance croissante de l'ESG pour les acheteurs et les vendeurs au sein des entreprises

Bien que l'engagement des parties prenantes d'une fusion acquisition puisse être davantage axé sur l'impact sur l'acheteur de l'entreprise en termes d'implications commerciales futures, le vendeur et l'acheteur d'une fusion acquisition ont tous deux un intérêt direct à l'égard de la performance ESG.

Du point de vue du vendeur, le fait d'avoir des politiques, des processus, une culture et des résultats d'impact ESG éprouvés en fait une cible plus attrayante. Souvent, ils peuvent relier leurs efforts ESG à la résilience de l'entreprise, réduire leur profil de risque, et démontrer leur capacité à s'intégrer plus facilement à d'autres entreprises performantes ayant un profil ESG positif. En tant que tel, le fait de disposer de solides performances dans ce domaine avant d'envisager un engagement de fusion et d'acquisition, aide les vendeurs d'entreprises à obtenir une évaluation plus élevée tout en accélérant les négociations et les activités de clôture. Ce n'est pas seulement une bonne chose pour les investisseurs traditionnels et les dirigeants, qui tireront une valeur financière de la cession, mais aussi pour les autres groupes de parties prenantes qui bénéficieront de la continuité des performances de l'entreprise, et d'un alignement plus naturel avec d'autres entreprises axées sur l'ESG pendant la transition.

Du point de vue de l'entité acheteuse, assurer le succès de l'acquisition à long terme et la résilience de l'entreprise est essentiel dans l'espace des considérations ESG. Dans ce cas, il est essentiel, tout au long du processus de fusion et d'acquisition, d'évaluer les risques et les opportunités ESG qui pourraient avoir un impact sur le modèle opérationnel, la perception de la marque, l'engagement communautaire, et l'alignement culturel de la cible et des entreprises d'origine.

Nouvelles considérations ESG dans le processus d'engagement M&A

Bien que les considérations ESG soient multiples tout au long d'un processus de fusion et d'acquisition, certains faits récents ont donné lieu à de nouvelles considérations pour les équipes de fusion et d'acquisition à différentes phases du processus.

  • Phase d'enquête préliminaire - Lorsque la stratégie de fusion et d'acquisition et le processus de quantification de la valeur commencent, les acheteurs se concentrent sur la viabilité de l'entreprise cible pour le succès de l'acquisition. Dans cette phase, la politique ESG et la synergie culturelle ont gagné en importance, les entreprises acquéreuses cherchant à protéger les acquis dans des domaines tels que la diversité de la main-d'œuvre et les opérations durables. En outre, avec les législations ESG nationalistes, les fusions et acquisitions multinationales doivent tenir compte des normes régionales, tant au niveau de la culture que des exigences ESG. L'alignement des approches ESG de haut niveau à cette phase peut déclencher des décisions précoces d'abandon de l'engagement ou identifier des risques et des opportunités spécifiques à approfondir pendant la phase de diligence raisonnable.

  • Due Diligence - Le risque commercial et l'évaluation sont des éléments clés de cette phase. Ainsi, l'augmentation du suivi des émissions de gaz à effet de serre (GES), les plans d'émissions nettes nulles, les efforts de conservation des ressources naturelles et de prévention de la pollution sont des aspects essentiels à caractériser lors des visites des installations de la cible d'acquisition. Les considérations clés en matière de risque sont les systèmes de suivi de la cible, l'auditabilité et les risques opérationnels ou de la chaîne d'approvisionnement pour l'impact climatique et d'autres sujets similaires. La cybersécurité et la confidentialité des données sont également des sujets brûlants pour déterminer l'impact et l'alignement des risques. En outre, cette phase peut également permettre d'identifier des opportunités en s'appuyant sur les politiques et l'expertise, ou l'alignement des solutions sur les marchés ESG traditionnels tels que la mobilité électronique, la cybersécurité, les énergies alternatives et les plateformes de justice sociale.

  • Exécution de la transaction et structuration de l'opération, intégration - Consacré au modèle d'exploitation et à la planification de l'intégration en mettant l'accent sur l'optimisation des entreprises combinées, les domaines émergents se concentrent non seulement sur la transition opérationnelle, mais aussi sur l'assimilation de la main-d'œuvre dans la culture de l'entreprise acquéreuse. La formation, le développement, et l'engagement de la main-d'œuvre, pour qu'elle s'aligne sur les attentes et les valeurs de l'entreprise acquéreuse, sont de plus en plus considérés comme essentiels à la réussite commerciale à long terme. Dans les acquisitions d'aujourd'hui, l'accent mis sur les stratégies d'intégration des employés, la diversité et les processus de durabilité contribuent à la réussite de l'intégration et, en fin de compte, aux résultats commerciaux à long terme.

La performance ESG dans les opérations de fusion et d'acquisition est un avantage pour les deux parties.

Aujourd'hui, le succès d'un projet de fusion et d'acquisition est tout simplement impossible sans une évaluation claire des risques et des opportunités ESG de l'entreprise cible, un alignement de la valorisation et une planification de l'ensemble du processus d'intégration. Le résultat est un véritable "win:win:win+" dans lequel les acheteurs connaissent un succès à long terme et une résilience commerciale, les vendeurs gagnent de la valeur grâce aux performances ESG, les clients conservent ou acquièrent des partenariats ESG, les travailleurs s'engagent dans un développement et un objectif de grande valeur et, par conséquent, les communautés prospèrent.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Senior Vice President of Keysight’s corporate services organization

Laisser un commentaire

* Champs requis