La Russie décide d’éviter le défaut pour l’instant

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 16 mars 2022 à 9h46
Russie Fillon Trump Poutine Relations Internationales Bloc Urss
1 EUROUn euro vaut 120 roubles russes le 16 mars 2022.

Les sanctions économiques prises par l’Occident contre la Russie ont conduit le Kremlin à prendre des mesures de rétorsion. Parmi celles-ci, une loi adoptée début mars 2022 autorise le paiement des dettes en roubles, ce qui représente un problème étant donné que la monnaie russe est en chute libre depuis le début de l’année. Mais en ce qui concerne la dette souveraine, la Russie a décidé de ne pas risquer le pire.

117 millions de dollars de dette payés comme demandé

L’agence de notation Fitch avait prévenu : si la Russie décidait de payer ses créditeurs en roubles, cela aurait pu constituer, de fait, un défaut pour le pays. Un risque majeur pour l’économie russe lourdement sanctionnée par l’Occident à la suite de son attaque contre l’Ukraine, ce qui a conduit à une dégradation historique de sa note de la part des trois principales agences de notation.

Mais Fitch parlait en particulier d’une échéance : celle du mercredi 16 mars 2022. La Russie doit payer 117,2 millions de dollars de dette souveraine. Or, les conditions de ce prêt ne permettaient tout simplement pas un paiement dans une autre monnaie que le dollar.

Finalement, le Kremlin a décidé de ne pas tenter le sort : lundi 14 mars 2022, Anton Siluanov, ministre des Finances, a confirmé avoir envoyé l’ordre de virement pour le paiement de cette échéance réalisé « en monnaie étrangère », a-t-il déclaré à la télévision.

Le risque de défaut de la Russie n’est pas écarté

Si le paiement des 117,2 millions de dollars en Eurobond dû le 16 mars 2022 semble donc ne plus représenter de risque de défaut pour la Russie, ce risque est loin d’être écarté. En mars 2022, la Russie doit encore rembourser 615 millions de dollars, tandis qu’en avril 2022, ce sont 2 milliards de dollars. Les décisions du Kremlin à venir seront donc surveillées de près.

Dans l’ensemble, la Russie doit près de 40 milliards de dollars de dette. Si les prêts contractés après 2014 et l’annexion de la Crimée disposent d’une garantie financière et que ceux contractés après 2018 peuvent, par contrat, être payés en roubles (pour un montant équivalent en dollars), les prêts d’avant 2014, comme celui arrivant à échéance le 16 mars 2022, doivent être payés en dollars. Ne pas respecter cette condition peut donc être interprété comme un défaut de paiement, ce que semble vouloir éviter la Russie. Le pays n’a jamais été en défaut de paiement depuis 1917 et la révolution bolchévique.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis