Ryanair demande à ses personnels français de baisser leur salaire

Par Olivier Sancerre Modifié le 2 juin 2020 à 11h51
Ryanair Baisse Salaire France 1
10%Ryanair voudrait imposer des baisses de salaire de 10% pendant 5 ans aux hôtesses et stewarts.

Ryanair, comme l'ensemble des compagnies aériennes, rencontre de sérieuses difficultés en raison de la crise sanitaire. L'entreprise demande au personnel naviguant français, pilotes, hôtesses et stewarts, d'accepter des baisses de leur salaire pendant cinq ans.

Le secteur du transport aérien a subi de plein fouet la crise sanitaire, entre mesures de confinement, restrictions de déplacement et paralysie de l'activité économique. Ryanair n'échappe pas aux difficultés : 99% de sa flotte est clouée au sol depuis quatre mois. De plus, la compagnie irlandaise refuse les aides publiques qu'elle estime « illégales ». C'est pourquoi l'entreprise a annoncé la suppression de 3.000 postes. Mais les mesures d'économie ne sont pas terminées. D'après RTL, le groupe a demandé aux pilotes, aux hôtesses et aux stewarts français une baisse de salaire pendant cinq ans, à partir du 1er juillet. Les pilotes, qui sont les mieux payés dans la compagnie, ont accepté une baisse de 12% de leur rémunération en moyenne. Les pilotes et copilotes qui seront embauchés seront moins payés. De plus, Ryanair n'attribuera aucune hausse de salaire jusqu'au 30 juin 2025.

Menace de licenciements

Si les pilotes et leur syndicat SNPL refusent la proposition, cela signifierait le licenciement de 29% des pilotes et 27% des copilotes (soit 23 pilotes sur 81 en France). Le SNPL semble disposé à la négociation pour éviter les licenciements. Pour les hôtesses et stewarts, la baisse de salaire demandée est de 10%, avec aucune revalorisation pendant cinq ans et des nouvelles embauches avec des rémunérations 10% inférieures. Les personnes navigants devront également accepter une baisse du temps de travail, qui passera de 2.000 heures par an, à 1.600 heures. Les salaires ne seront plus que de 1.231 euros par mois, au lieu de 1.539 euros.

Moins que le Smic

Le SNPNC-FO, syndicat des PNC, dénonce un « chantage au licenciement » et surtout, il fait valoir que cette nouvelle rémunération mensuelle est… inférieure au Smic. L'organisation a demandé des explications à Ryanair, sans en obtenir jusqu'à présent. La pilule risque de mal passer auprès des hôtesses et stewarts, mais la compagnie aérienne a prévenu que si l'accord n'était pas possible, il procéderait au licenciement de 27 personnels navigants sur les 160 basés en France.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.