Sécurité Sociale : 12,5 milliards de déficit,malgré 328 milliards d’euros de cotisations

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 31 décembre 2014 à 17h59

En 2013 (mais les chiffres définitifs ne paraissent qu'en décembre 2014, cherchez l'erreur), ce Léviathan qu'est la Sécurité Sociale a prélevé pas moins de 328 milliards d’euros de cotisations. Dans le même temps, en vue de réduire un déficit béant, les exonérations de ces cotisations ont diminué de 6,4 %.

Vers la fin de l'Etat-providence ? La Sécurité sociale exonère de moins en moins. En 2013, l’organisme de protection sociale français a prélevé pas moins de 328,6 milliards d’euros de cotisations. En parallèle, et pour faire face notamment à un déficit monstrueux, la Sécu a poursuivi la baisse des exonérations de cotisations, entamée il y a plusieurs années.

Des exonérations de cotisations en baisse de 6,4 % en 2013

Ainsi, d’après les chiffres publiés le 30 décembre par la caisse nationale des Urssaf, l’Acoss, les exonérations de cotisations ont diminué de 6,4 %, à 25,7 milliards d’euros, soit 8 % des sommes dues aux Urssaf. Ces dernières n’ont fait que diminuer depuis 2008, où elles avaient atteint le montant record de 30,7 milliards d’euros.

En 2012, le gouvernement a mis fin aux exonérations de cotisations des heures supplémentaires.

En cause, la fin de l'exonération des heures supplémentaires

Quoi qu’il en soit, la baisse d’exonérations de 2013 a pour cause une décision bien précise de la part du gouvernement, à savoir la fin des exonérations des heures supplémentaires, qui a été décidé en 2012 lors de l’arrivée de François Hollande au pouvoir. Une mesure symbolique, mais vivement contestée à l'époque puisqu’elle avait été instaurée par l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy. La fin du "travailler plus pour gagner plus" en somme...

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis