Si vous voulez être riche, voilà combien vous devriez gagner

Par Olivier Sancerre Modifié le 24 juin 2015 à 6h29
Shutterstock 249708118
64%64% des Français ne veulent pas de la suppression de l'ISF.

Entre les Français et l’argent, les relations ont toujours été difficiles et encore plus depuis que la crise fait peser ses effets économiques. Un sondage Odaxa pour Les Echos, Radio Classique et FTI Consulting le montre une fois de plus.

D’après cette enquête, les Français estiment qu’on est riche si le salaire médian est de 5 000 euros par mois et si le patrimoine est de 500 000 euros. Ces chiffres sont sensiblement moins élevé que lors d’une précédente étude datant de 2011, où le salaire médian à partir duquel on était perçu comme riche était de 6 000 euros, et où le patrimoine était de 1 million d’euros.

Perception biaisée

Le recul du marché immobilier, le pouvoir d’achat en berne expliquent en grande partie ces niveaux, qui sont équivalents à ceux que l’on trouvait en 2006. Autant dire que la crise a bel et bien affecté la perception qu’ont les Français de la richesse. Il faut aussi rappeler que 5% seulement des Français gagnent plus de 4 300 euros par mois : ce seuil des 5 000 euros semble donc un horizon impossible à atteindre pour la vaste majorité des sondés.

Situation pire qu’autrefois

Pour un peu plus d’un Français sur deux (54% précisément), la situation sociale est estimée moins bonne que celle de ses parents au même âge. Ce pourcentage a véritablement explosé puisqu’en 2002, il était de 17%. Il y a donc clairement quelque chose qui cloche dans la relation qu’entretienne les Français avec l’idée de richesse.

Et pourtant, 72% des sondés estiment qu’il est bon de vouloir devenir riche, même si dans le même temps 78% jugent qu’être riche est… mal perçu. Une vraie schizophrénie qui est solidement ancrée dans la psyché française.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.