La Société Générale devrait bel et bien s’emparer d’ING France

Par Olivier Sancerre Modifié le 2 février 2022 à 14h20
Ing Societe Generale Negociations 2
3,3 MILLIONSBoursorama compte 3,3 millions de clients.

C'est le prétendant qui le voulait le plus qui devrait finalement l'emporter. La Société Générale est entrée en négociations exclusives avec ING France pour empocher le fichier clientèle de la banque néerlandaise. Le tout renforcerait les positions de Boursorama dans l'Hexagone.

La Société Générale, qui était la favorite des analystes depuis le départ, est entrée en négociations exclusives avec ING France qui cherche à se défaire de son activité de banque de détail pour se concentrer sur la banque de gros. Le Crédit Mutuel Alliance Fédérale a jeté l'éponge, il ne restait plus que Crédit Mutuel Arkéa pour le compte de sa filiale Fortuneo. Mais les arguments de la Société Générale, qui négocie pour Boursorama, ont pesé plus lourd. Les deux groupes ont désormais jusqu'en avril pour s'entendre sur le périmètre et le prix de la transaction.

Négociations exclusives

La Société Générale devrait ainsi empocher les comptes courants, les livrets, les comptes-titres ainsi que l'assurance-vie d'ING France. Le crédit à la consommation pourrait aussi tomber dans son filet, mais pas l'activité de crédit immobilier. C'est suite à une revue stratégique terminée mi-décembre qu'ING France a décidé d'abandonner son fonds de commerce, avec au passage un plan social de 460 postes. Un million de clients sont à vendre au plus offrant, mais dans les faits c'est beaucoup moins : la banque a procédé à la suppression de centaines de milliers de comptes inactifs, on parle de 300.000 comptes.

Boursorama accélère

Pour Boursorama, l'apport de la banque de détail d'ING France serait une excellente nouvelle et un apport décisif pour atteindre son objectif de 4 millions de clients d'ici 2023. La filiale en ligne de la Société Générale en comptait 3,3 millions fin décembre avec le recrutement de 800.000 nouveaux clients l'an dernier. De plus, ING France était une des rares opportunités de croissance externe dans le paysage bancaire français.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «La Société Générale devrait bel et bien s’emparer d’ING France»

Laisser un commentaire

* Champs requis