Taxes immobilières : le gouvernement refuse les hausses d’Anne Hidalgo

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Quitterie Desjobert Modifié le 10 décembre 2020 à 14h46
Taxes Immobiliere Gouvernement Refuse Hausses Anne Hidalgo
4,10 EUROSLa taxe de séjour passera de 2,30 euros à 4,10 euros par nuit.

La maire de Paris Anne Hidalgo souhaitait augmenter certaines taxes immobilières parmi lesquelles les droits de mutation et la surtaxe sur les résidences secondaires. Une volonté contrariée par le gouvernement qui lui a opposé un non catégorique.

La taxe de séjour augmentera à Paris en 2021

Anne Hidalgo souhaitait faire augmenter en 2021, les droits de mutation, c'est-à-dire les frais de notaire et les surtaxe d'habitation sur les résidences secondaires. Des augmentations refusées par le gouvernement. Cependant, si le gouvernement s'est opposé à l'augmentation de ces deux taxes immobilières, il ne l'a pas fait pour la taxe de séjour pour la location de logement en Airbnb. L'adjoint aux Finances de la mairie de Paris, Paul Simondon a confirmé au Parisien que cette augmentation aurait bien lieu : « Nous pourrons augmenter la taxe de séjour sur les plateformes de locations touristiques ». La hausse adoptée favorablement par l'Assemblée nationale et le gouvernement permettra à la mairie Paris de faire passer les taxes de séjour de 2,30 euros à 4,10 euros par nuit.

Le rapporteur général du budget du Sénat a cependant fait valoir qu'il fallait retarder l'entrée en vigueur de cette hausse de la taxe de séjour. Un report qui satisfait les acteurs du secteur. Timothée de Roux, directeur général d'Abritel et président de l'Union nationale pour la promotion de locations de vacances (UNPLV ) déplore cette augmentation : « Il apparaît plus que jamais socialement injuste et économiquement aberrant de faire payer un niveau de taxe de séjour comparable à celui des palaces aux nombreuses familles françaises qui optent pour la location de maisons de vacances souvent parce qu'elles n'ont pas les moyens de descendre à l'hôtel ».

Si la hausse est entérinée par le Conseil de Paris, elle permettra à la ville d'engranger dès 2022, 2,5 millions d'euros par an. Le budget de la ville pour 2021, doit être soumis au vote lors de réunions prévues du 15 au 17 décembre 2020.

Pas d'augmentation pour les frais de notaire et les résidences secondaires

Si la hausse de taxe de séjour a été acceptée par le gouvernement, pour l'augmentation des droits de mutation et de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, l'exécutif a opposé une fin de non-recevoir. Un refus qui fait fortement baisser les recettes prévues par la mairie de Paris. En effet, couplée à la hausse de la taxe de séjour, ces deux augmentations devaient rapporter 126 millions d'euros à la ville dès 2022.

Les hausses prévues par la ville de Paris étaient assez fortes, surtout en ce qui concerne la surtaxe sur les résidences secondaires. Pour le moment plafonnée à 60%, la municipalité souhaitait la porter à 100%. Le refus du gouvernement peut s'expliquer par son souhait de ne pas augmenter la pression fiscale sur les citoyens en période de relance économique.

Laisser un commentaire

* Champs requis