2021, l’année qui a transformé l’épargne?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Andreas Wiethölter Publié le 22 décembre 2021 à 15h24
Epargne 2020 Livret A Ldds 1
0,50%Le taux du livret A en décembre 2021 est de 0,50%.

Le Français, va-t-il à nouveau consommer ou va-t-il continuer à épargner en privilégiant des produits tels que le livret A?

Les épargnants-consommateurs européens ont en moyenne épargné plus qu'ils n'ont dépensé chaque mois entre septembre 2019 et août 2021. Selon les dernières données de la Banque Centrale Européenne (BCE), après une brève flambée des dépenses à la fin de l'été, les consommateurs européens se sont pour la grande majorité remis à privilégier l’épargne. En octobre, les flux d'épargne ont augmenté en comparaison au mois précédent de 65% en Espagne, de 160% en Belgique, de 223% en Allemagne et atteignant les 760% en Italie.

Seule la France fait à nouveau figure d'exception parmi les principales économies de la zone euro. Cet été les Français avaient principalement épargné et au mois d’octobre le niveau de dépenses à surpassé l'épargne. Avec les annonces récentes du ministre de l'Économie et du gouverneur de la Banque de France (BdF), il se peut que cette tendance s’inverse à nouveau en 2022 et que les épargnants-consommateurs privilégient à nouveau l'épargne de précaution.

«J'en prends l'engagement ce matin» - Bruno Le Maire

L’annonce tant attendue a été faite cette semaine, le placement vedette que détient presque tout Français (soit 55 millions), l'emblématique Livret A, augmentera en 2022 pour la première fois depuis août 2011.

Selon la Caisse des Dépôts, sur les dix premiers mois de l’année, la collecte cumulée sur ce produit s'élève à 16,96 milliards d’euros, malgré une inflation forte et un taux au plus bas, offrant à l'épargnant un taux de rémunération réel négatif. La collecte nette du Livret A en octobre était négative avec des sorties de fonds de -2,83 milliards d’euros, une première depuis décembre 2020 (-0,84 Mds€). Aucun taux n’a encore été indiqué, nous devrons attendre la mi-janvier pour voir ce que la nouvelle année nous apportera.

Une hausse du taux du Livret A, le Produit Net Bancaire (PNB) va être impacté

La hausse du taux du Livret A n’apporte pas une bonne nouvelle pour tous les acteurs économiques. La hausse du taux signifie un coût supplémentaire pour les banques qui distribuent les livrets A et accroît significativement leurs coûts opérationnels. Si l’on considère la possibilité que le taux augmente à 0,75%, le coût annuel pour les banques françaises serait à hauteur de 460 millions d'euros (0,3% du PNB) selon les estimations de Fitch Ratings. Aussi, les banques devront certainement revoir à la hausse le rendement des autres produits bancaires, si elles souhaitent ne pas voir leurs encours baisser et/ou attirer de nouveaux épargnants.

«Le plus haut chiffre de croissance depuis plus de 50 ans» - François Villeroy de Galhau

La croissance française pour l'année 2021 devrait atteindre les 6,7% selon les prévisions de la Banque de France (BdF). Un chiffre bien supérieur à ce qui avait été annoncé en début d'année et qui nous sera confirmé par la BdF lundi. Le retour de la croissance et la baisse du chômage pourraient favoriser un retour de confiance chez l'épargnant-consommateur, d’autant plus si la confiance envers le gouvernement pour combattre la pandémie se confirme. Cela pourrait accentuer davantage les pressions inflationnistes.

Quant à l'inflation, une thématique préoccupante pour tous, celle-ci a augmenté progressivement tout au long de l'année (notamment dû au prix de l'énergie et la difficulté d’approvisionnement) pour atteindre en France près de 3% ce mois-ci, soit bien supérieure à l'objectif annoncé par la BCE cet été. Cette inflation marque une grande majorité des pays de la zone euro (voir notre analyse de novembre). Selon le gouverneur de la BdF, l’inflation diminuera en France et descendra sous les 2% d'ici à la fin 2022, mais on peut être en droit de se demander si ce sera bien le cas, vu la performance passée des banques centrales à prédire l’inflation et atteindre leurs objectifs.

Mais quelle est la solution pour le pouvoir d’achat des Français et de tout européen?

Étant donné que les épargnant-consommateurs européens ont moins d’options pour faire fructifier leur épargne bancaire (dû à l'arrêt de la commercialisation de comptes à terme et d’autres produits bancaires de certaines banques), il est essentiel qu’ils gèrent leur épargne stratégiquement. Même dans un environnement de taux bas, l'épargne joue un rôle essentiel dans la sécurité financière des individus. Les dépôts sont la seule classe d'actifs où les clients ont une garantie sur leur capital. Lorsqu'ils sont judicieusement diversifiés, ils offrent un niveau de flexibilité plus élevé que la plupart des investissements. La pandémie a démontré que nous devons être préparés à un certain degré de volatilité et d'imprévus.

Il y a deux erreurs courantes que les Européens commettent lorsqu'ils gèrent leur épargne. Or, une épargne plus stratégique pourrait également alléger la pression sur les banques.

ANALYSE DE RAISIN DS : COMPARAISONS

L'écart de taux d'intérêt : Les meilleures offres varient en Europe de 0,04% à 1,43%.

Les Européens peuvent s'attendre à des taux d'intérêt très variés selon qu'ils s'adressent à leur banque traditionnelle de quartier ou à des fournisseurs alternatifs proposant des taux plus élevés, mais cela diffère en particulier selon leur localisation.

  • Les plus grandes banques d'Allemagne, des Pays-Bas, d'Espagne et de Pologne ne proposent actuellement aucun dépôt à terme d'un an directement. (L'absence d'offre de ces banques est représentée ici par 0%).

  • Dans la majorité des autres pays d'Europe, y compris la France, les grandes banques proposent des taux inférieurs à un dixième de pour cent (<0,1%), la Belgique et le Royaume-Uni ne se situant qu'à un niveau très légèrement supérieur.

  • Les grandes banques norvégiennes se distinguent par un taux d'intérêt moyen de 0,667% sur les dépôts à terme à un an.

  • Les meilleurs taux disponibles sur le marché européen sont supérieurs de 0,2 point à 1,4 point aux taux offerts par les grandes banques, excepté en Irlande où la différence est minime.

  • Les meilleurs taux en Norvège, en Suède, en Italie, au Royaume-Uni et en Pologne, sont supérieurs d'au moins 0,7 point à ceux des plus grandes banques de ces marchés.

  • Quant au marché français, il n’y a eu aucun changement pour le cinquième mois consécutif.

Comparaison des meilleurs taux: Les taux d'intérêt les plus élevés sur les dépôts à 3 ans sont supérieurs de moins de 0,5 point aux taux à 1 an à travers l'Europe.

Les taux d'intérêt disponibles les plus élevés varient largement en Europe. Quatre marchés ont enregistré des mouvements à la hausse alors que la majorité des économies les plus grandes ont connu de nouvelles baisses ou simplement des taux stagnants.

  • La Suède et la Norvège, ainsi que la Pologne et le Portugal, ont vu leurs taux d'intérêt les plus élevés à 1 et 3 ans augmenter.

  • Les meilleurs taux disponibles en Allemagne et en Italie ont baissé pour les dépôts à 1 an et 3 ans.

  • L’Espagne fait toujours figure d’exception, les taux les plus élevés à 1 an restent supérieurs aux taux les plus élevés à 3 ans.

  • La France et la Belgique tout comme l'Irlande et l'Espagne n’ont enregistré aucun changement. Ces deux derniers continuent à enregistrer les taux les plus bas sur les dépôts à 1 an et 3 ans.

  • Les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont vu leurs taux à 1 an baisser mais leurs taux à 3 ans augmenter (de 15 et 8 points de base respectivement). L'Autriche a connu une tendance contraire, des taux à 1 an plus élevés mais des taux à 3 ans à la baisse.

  • Les taux les plus élevés sur les dépôts à 1an et 3 ans du Royaume-Uni sont tous deux supérieurs de plus d'un demi-point à ceux d'il y a un an. À l'inverse de l'Italie, qui a perdu un demi-point sur son taux maximum à 3 ans.

DONNÉES OCTOBRE 2021 DE LA BCE: En moyenne, les taux de détail ont légèrement augmenté dans la zone euro et hors de la région

Alors que le taux d'intérêt moyen d’une des plus grandes économies de l'UE, l'Allemagne, a franchi à nouveau la barre des 0%, celui de la zone euro a également légèrement augmenté pour atteindre 0,17%, soit le taux moyen le plus élevé depuis février dernier (voir analyse d’avril). En effet, les plus grands marchés européens, à l'exception de l'Espagne et des Pays-Bas, ont vu leurs taux moyens augmenter, selon les dernières données de la BCE.

Taux d’intérêt moyen des nouveaux dépôts, ménages privés; maturités ≤ 1 an, données de la BCE. *Note : Les données de la Banque centrale néerlandaise concernant les dépôts à terme d'une durée inférieure ou égale à un an comprennent un "dépôt de construction" spécifique au pays, dont les taux moyens sont plus élevés que ceux des dépôts à vue et à terme.

  • Les taux d'intérêt moyens sur les dépôts à terme à un an en Allemagne, en France, en Italie et au Royaume-Uni ont tous augmenté. La France a atteint un taux moyen en octobre similaire à celui de juin dernier à 0,47%.

  • Le taux d'intérêt moyen des Pays-Bas a légèrement diminué, tout comme celui de la Belgique et de l'Autriche, tandis que l'Espagne a poursuivi sa tendance de longue durée de taux stagnants.

  • Contrairement aux tendances passées, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie ont toutes suivi une tendance similaire, avec des taux moyens à la baisse de 1 à 17 points de base.

  • Le Luxembourg et le Danemark continuent à être très volatils, ce qui tient davantage au nombre réduit de banques qui modifient légèrement leurs taux qu'à une réelle volatilité économique.

DONNÉES OCTOBRE 2021 DE LA BCE: Les taux d'intérêt des entreprises atteignent un taux plancher de plus en plus bas, l'Allemagne chutant à son plus bas niveau à -0,51%

Les taux d'intérêt des entreprises ont baissé dans un certain nombre de plus petits marchés de la zone euro. Toutefois, le taux moyen des entreprises de la zone euro reste inchangé à -0,36% car ces baisses ont été 'compensées' par les hausses significatives des taux pour les entreprises en France, en Italie et en Espagne.

Taux d’intérêt moyen pour les nouveaux dépôts des entreprises, avec une échéance ≤ 1 an, statistiques de la zone euro. Aucune donnée pour le Danemark n'était disponible à la date de publication.

  • L'Allemagne continue de faire reculer le plancher des taux d'intérêt des entreprises de la zone euro, franchissant pour la première fois un demi de pour cent sous la barre du zéro pour atteindre une moyenne de -0,51%.

  • Les Pays-Bas (-0,43%), l'Irlande (-0,45%) et l'Autriche (-0,47%) ne sont pas loin derrière sur l'échelle des taux négatifs.

  • Quant au taux moyen des entreprises sur le marché français, il a atteint 0% et se situe hors des taux négatifs pour la première fois depuis juin dernier selon les données de la BCE.

  • Les entreprises ont toujours la possibilité de contourner les taux négatifs sur leur marché domestique, en se tournant vers l'Europe de l'Est, où figurent des taux moyens bien supérieurs à 1% en République tchèque, en Hongrie et en Roumanie.

  • Au sein de la zone euro, l'Italie (0,4%) et Malte (0,73%) offrent aux entreprises un certain répit avec des taux moyens proches du demi de pour cent.

Nous vivons une véritable transformation du marché de l'épargne, car les Européens épargnent plus que jamais et, submergées par le volume de liquidités, de nombreuses banques cessent de proposer des dépôts à terme. Cependant, les consommateurs commettent encore deux erreurs clés qui renforcent ce goulot d’étranglement systémique: ils ne comparent pas les taux d'intérêt, les frais associés potentiels, et ne diversifient pas leur épargne. Lorsque les clients d’une banque placent leur argent sur des comptes à rendement plus élevé d’autres banques, sans frais, et envisagent une gamme diversifiée de produits d’épargne bancaire - comptes à vue et comptes à terme fixe qu'ils peuvent échelonner - ils sont davantage rémunérés et gagnent en flexibilité sans compromettre leur besoin éventuel de liquidités. Parallèlement, leur banque en sera d’autant plus reconnaissante, qu’elle sera soulagée par la diminution des liquidités de leurs clients sur leur bilan.

Les sources des recherches

Allemagne: Deutsche Bank, Commerzbank, HypoVereinsbank – biallo.de

Autriche: Erste Bank, Raiffeisenlandesbank Oberösterreich, Bawag – biallo.at

Belgique: ING Belgium, KBC, Belfius Bank – spaargids.be

Espagne: Santander, BBVA, Caixabank – tucapital.es

France: BNP Paribas, Crédit Mutuel, Societe Generale – francetransactions

Irlande: Bank of Ireland, Allied Irish Banks, Ulster Bank – ccpc.ie

Italie: UniCredit, Banca Monte dei Paschi di Siena, Mediobanca – confrontaconti.it

Norvège: DNB, Danske, Nordea – finansportalen.no

Pays-Bas: RaboBank, ING, ABN – geld.nl, spaarrente.nl

Pologne: PKO Bank Polski, Bank Pekao, mBank – oprocentowanie.pl

Portugal: Novo Banco, BPI, BCP – comparaja.pt

Royaume-Uni: HSBC, Barclays, RBS – which.co.uk

Suède: Nordea, SEB, Svenska Handelsbanken – finansportalen.se

Collecte mensuelle octobre 2021, Caisse des Dépôts et Consignations, 23 novembre 2021

Interview Gouverneur de la Banque de France, BdF, 8 décembre 2021

La hausse du taux du Livret A pourrait coûter cher aux banques, Les Echos, 8 décembre 2021

Le taux du Livret A augmentera en 2022 pour la première fois depuis onze ans, Les Echos, 13 décembre 2021

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

 VP B2C channels de la fintech Raisin DS

Aucun commentaire à «2021, l’année qui a transformé l’épargne?»

Laisser un commentaire

* Champs requis