Uber : un nouveau PDG et une nouvelle enquête pour corruption

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 août 2017 à 6h53
Uber Chauffeurs Greve Treve 1
1,3 MILLIARD $Uber a perdu plus de 1,3 milliard de dollars depuis le début de l'année 2017.

Le géant des VTC Uber est peut-être sorti d’une mauvaise passe : après la démission forcée de son fondateur et PDG Travis Kalanick, il est resté plusieurs semaines sans personne à sa tête. Finalement, c’est le directeur général d’Expedia qui a été nommé à la tête de l’entreprise. Une nomination qui tombe à pic : Uber est de nouveau sous enquête.

Dara Khosrowshahi prend la tête d’Uber

Son nom circulait déjà depuis plusieurs jours dans la Silicon Valley mais la confirmation n’est tombée que le 29 août 2017 : Dara Khosrowshahi a été nommé PDG d’Uber, place laissée vacante par Travis Kalanick.

Ses principales tâches seront tout simplement de faire taire les divers scandales qui ont frappé l’entreprise depuis plusieurs mois, notamment les accusations de sexisme et de harcèlement sexuel, tout en réussissant à faire devenir Uber rentable. Depuis son lancement en 2009 Uber n’a pas gagné d’argent et a survécu à coups de levées de fonds. Sa capitalisation a atteint plus de 68 milliards de dollars et le groupe a encore plusieurs milliards de dollars de cash disponible… mais les pertes pour le premier semestre 2017, bien qu’en baisse, ont dépassé une nouvelle fois la barre du milliard de dollars.

Une enquête pour corruption à l’international ?

Dara Khosrowshahi devra, en outre, travailler sur le nouveau dossier brûlant d’Uber : le Département de la Justice américain (DOJ) a ouvert une enquête sur les activités d’Uber à l’international, selon le Washington Post. L’information a été confirmée par Uber elle-même.

La justice américaine soupçonnerait certains dirigeants d’Uber d’avoir enfreint les lois américaines sur les pots-de-vin : les Etats-Unis interdisent en effet aux entreprises américaines d’utiliser des pots-de-vin dans d’autres pays même si la pratique est légale dans ces mêmes pays.

Cette nouvelle enquête vient s’ajouter à celle qui oppose Uber et Waymo, la filiale d’Alphabet spécialisée dans les voitures autonomes, qui accuse Uber d’avoir violé certains brevets à la suite de son rachat d’Otto, fondée par un ancien de Waymo.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis