La collectivité prend en charge un quart des dépenses des ménages

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 27 septembre 2016 à 10h34
Ecole Education Inegalites Ocde Financement
384En 2015, la dépense socialisée s'est élevée à 384 milliards d'euros.

Les impôts sont certes particulièrement élevés en France. Mais in fine, un quart de nos dépenses sont payés par la collectivité !

Soins, éducation, culture : merci l'Etat

La France est réputée pour être un pays particulièrement distributif. Et pour cause : d’après une étude de l'Insee, l'essentiel des dépenses des Français en matière de santé, d'éducation et de culture est remboursé ou pris en charge par la puissance publique ou des associations.

Comme l’explique l’organisme, les ménages consomment de nombreux biens et services, mais n’en paient pas directement l’intégralité. En effet, une partie est prise en charge par les administrations publiques ou les institutions sans but lucratif au service des ménages : on parle alors de dépense socialisée. Depuis 55 ans, le poids dans la consommation des ménages et dans le produit intérieur brut de la dépense socialisée a augmenté, en particulier lors des années de ralentissement économique.

Des comptes dans le rouge

La dépense socialisée concerne principalement la santé, l’enseignement, l’action sociale et le logement. Pour la santé, la collectivité prend en charge près des trois quarts des dépenses. Pour le logement, elle finance désormais un quart des loyers des locataires. Dans le domaine de l’action sociale, l’instauration d’aides aux ménages pour la dépendance, l’accueil de jeunes enfants ou l’hébergement de personnes handicapées explique la croissance de la part des dépenses socialisées. Enfin, la collectivité prend en charge plus de 90 % de la consommation en enseignement.

Sans surprise, ces dépenses ont beaucoup augmenté depuis cinquante ans, passant de 9,6 % du PIB en 1960 à 17,6 % en 2015. De quoi mieux comprendre pourquoi les caisses de l’Etat sont vides !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.