Une majorité de Français se dit prêt à accepter une baisse de certaines aides sociales

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 27 janvier 2015 à 12h04
Shutterstock 124965716
31,88%En France, les prestations sociales représentent près du tiers du PIB.

La pression fiscale est visiblement devenue trop lourde pour une majorité de Français. Pour preuve, ils se disent désormais prêts à recevoir moins d’aides sociales de la part du gouvernement, pour peu qu'ils paient moins d'impôts. Les deux-tiers des Français pensent désormais ainsi, d’après le baromètre de l'Institut Paul-Delouvrier réalisé par TNS Sofres et publié par Les Echos.

L'Etat-Providence a du plomb dans l'aile

A la fin des années 2000, ils n’étaient que 50% à préférer payer moins d’impôts, au risque de percevoir moins d’allocations. Or aujourd’hui, le taux d'imposition des ménages est devenu tel qu’ils sont 65% à vouloir payer moins d’impôts, quitte à être moins aidés en retour par l’Etat !

Autre enseignement de cette étude : pour baisser les dépenses publiques, et réduire ainsi le déficit, l’idée de "réduire les salaires et les avantages des membres de la fonction publique" ou encore de "diminuer le nombre de salariés de la fonction publique" ne semble guère séduire les personnes interrogées. Ils ne sont que 4 % et 2 % à l’évoquer.

Il faut dire que les effectifs ont déjà été sacrément réduits, avec le non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, et le point d’indice des fonctionnaires est gelé depuis plusieurs années.

Des services publics plus efficaces et donc moins couteux

En revanche, les Français plébiscitent l'amélioration de l'efficacité des services publics. En outre, ils sont convaincus qu’on peut encore réaliser des économies dans la plupart des services publics : fiscalité, Sécurité sociale, environnement, emploi, logement, justice, santé. Mais pas question de raboter le budget de l’école ni de la police !

En France, les prestations sociales représentent le tiers du PIB. Notre pays se classe en tête par l'ampleur de ses dépenses sociales : elles représentent 31,88 % du PIB en 2014, soit plus que la Finlande, la Belgique ou le Danemark. C'est légèrement moins qu'en 2013 (31,95 %), mais dix points de plus que la moyenne de l'OCDE, qui est à 22 %.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Une majorité de Français se dit prêt à accepter une baisse de certaines aides sociales»

Laisser un commentaire

* Champs requis