Les Français se tournent de plus en plus vers les voitures d’occasion

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 6 janvier 2015 à 10h29

Ils n'ont probablement pas le choix et préfèreraient certainement s'offrir un véhicule flambant neuf, tout droit sorti de l'usine. Mais en temps de crise économique, pas évident de succomber à toutes ses envies ! Alors les Français se tournent de plus en plus vers le marché de l'occasion. Au grand dam des constructeurs automobiles, qui peinent à écouler leurs modèles dernier cri.

Sur 4 voitures achetées, 3 sont des occasions

En 2014, sur le marché de l'automobile français, il s'est vendu trois voitures d'occasion pour une seule neuve, d'après le site Auto-scout 24. C'est dire le succès du marché de deuxième (ou troisième) main ! Cela faisait sept ans, depuis 2007 donc, que les immatriculations d'automobiles d'occasion n'avaient été aussi nombreuses : près de 5,5 millions (+2,4% en un an).

En comparaison, les immatriculations de voitures neuves ont presque stagné en 2014, à moins de 1,8 million (+0,5% seulement).

L'année aura donc été très décevante pour les constructeurs automobiles, qui espéraient pourtant une reprise, notamment après un printemps prometteur.

Et les Français sont prêts à acheter une voiture « d'occas' », même si elle a déjà bien vécu : l'âge moyen d'une voiture d'occasion vendue en 2014 était en effet de... 8,54 ans ! Mais ce sont tout de même les voitures « jeunes », c'est-à-dire de moins de cinq ans, qui ont le vent en poupe.

La conséquence de cet engouement, c'est que les prix grimpent. En 2011, on pouvait encore s'offrir une voiture vieille de 5 ans pour en moyenne 11 200 euros. Aujourd'hui, il faut désormais débourser près de 1 000 euros de plus, soit 12 100 euros pour s'emparer de son volant (+5,6%) !

Pour les occasions aussi, les marques françaises ont la cote

Les voitures d'occasion qui remportent le plus de succès sont sans surprise des Renault (24,1 % des immatriculations d'occasions) mais aussi des Peugeot (19,1 %) et des Citroën (13 %). Loin devant les modèles étrangers (en queue de peloton, on trouve Suzuki, Kia et Volvo).

Dans le neuf aussi d'ailleurs, malgré un marché atone, les constructeurs français ont tiré leur épingle du jeu, avec une part de marché en hausse de 3,9 %. Le Made in France se vend et se revend plutôt bien !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis