Le viol des embargos américains pourrait coûter 10 milliards de dollars à BNP Paribas

Par Olivier Sancerre Modifié le 30 mai 2014 à 1h43

La BNP Paribas fait face a une amende record aux États-Unis. La banque française, accusée d'avoir réalisé des affaires dans des pays sous embargo, va devoir payer la bagatelle de 10 milliards de dollars !

La BNP prise la main dans le sac

Le groupe bancaire est accusé par la justice US d'avoir enfreint les sanctions américaines contre trois pays : Cuba, le Soudan et l'Iran entre les années 2002 et 2009. Faisant fi des embargos alors en vigueur, la BNP Paribas a poursuivi ses affaires en toute connaissance de cause. Un « volume significatif d'opérations (…) considérées comme comme non autorisées » par la législation américaine a été recensé en début d'année, précise une enquête interne.

Pour faire face au règlement du litige, la banque a même constitué un fonds de réserve de 1,1 milliard de dollars pour régler l'amende qui allait tomber, mais les dirigeants ne s'attendaient pas à une telle somme. Ces 10 milliards de dollars (environ 7 milliards d'euros) représentent en effet plus de quatre fois le bénéfice net réalisé par l'établissement financier au premier trimestre !

Une amende record

L'entreprise négocie une « réduction de peine » et espère pouvoir s'entendre avec le Department of Justice (l'équivalent du ministère de la Justice) pour abaisser la facture finale à 8 milliards de dollars. Cela restera néanmoins une des douloureuses les plus élevées jamais infligées à un établissement bancaire.

Et ça n'est pas tout. La BNP Paribas pourrait également avoir à souffrir du retrait temporaire de sa licence pour réaliser des opérations en dollars sur le sol américain. Ce qui serait d'autant plus dommageable pour la banque qui nourrit l'ambition de multiplier les affaires aux États-Unis…

Voilà qui tombe au plus mal alors que la banque avait commencé à redresser la barre depuis quelques trimestres.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis