Une voiture gratuite grâce à la prime à la conversion

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 15 juillet 2020 à 13h19
Clio Prime A La Conversion
3000€Les ménages peuvent obtenir une prime à la conversion de 3.000 euros.

Je reviens aujourd’hui sur le dossier de la prime à la conversion, pour la mise au rebut d’un véhicule ancien considéré comme polluant.

Un montant de 3.000 euros

Lisez bien car, vous allez voir dans un instant que vous pourriez peut-être bientôt rouler au volant d’une voiture récente, beaucoup moins gourmande en carburant et ce, sans débourser un centime.

Le prérequis, c’est évidemment d’avoir une ancienne voiture à mettre à la casse : si elle est essence, et âgée de 23 ans minimum, pas de souci. Si elle est diesel et âgée de 14 ans au moins, pas de souci non plus. Vous pouvez obtenir une prime à la conversion, d’un montant de 3.000 euros. Et c’est là que la voiture gratuite arrive : suivez-moi bien : pour obtenir la prime, il faut acheter une voiture affublée d’une vignette Crit’Air 1, ou bien Crit’air 2, mais récente, vieille de quelques mois seulement. Impossible évidemment de trouver une voiture quasi neuve à 3.000 euros.

Des voitures à la vignette Crit'Air 1

En revanche, des voitures qui ont déjà quelques années, qui ont déjà un peu roulé, mais qui arborent fièrement une vignette Crit’Air 1, il y en a ! Ce sont les voitures équipées d’origine d’une motorisation mixte essence GPL. C’est le cas de certaines Sandero, chez Dacia, de certaines Clio chez Renault, ou encore des Chevrolet Aveo. D’autres marques ont construit et vendu ces voitures au début de la dernière décennie.

Quel est leur prix ? Entre 2.500 et 4.000 euros, pour des voitures qui ont 70.000, 90.000, 110.000 km au compteur. Et quand elles sont vendues par un professionnel, il peut vous faire l’avance de la prime à la conversion. Et comme la carte grise d’une voiture roulant au GPL ne coûte pas un centime... à vous la voiture gratuite !

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis