Des voitures électriques moins chères que les véhicules à essence dans sept ans ?

Par Olivier Sancerre Modifié le 25 mars 2018 à 22h37
Voitures Electriques Prix 1
67%Les prix des batteries lithium-ion auront baissé de 67% d'ici 2030.

Régulièrement, le lancement d'un nouveau véhicule électrique ou la volonté d'un constructeur automobile de se lancer sur ce marché sont sous les feux de l'actualité. Et pour cause, au-delà d'une mode passagère, ce type de propulsion représente l'avenir pour beaucoup d'observateurs et d'automobilistes.

Mais pour retrouver encore plus de voitures électriques dans les villes et les campagnes, il faut encore que les prix baissent. Actuellement, les étiquettes sur ces véhicules sont bien plus élevées que sur leurs équivalents à moteur thermique. Cela répond à une certaine logique : les lignes de production ne sont pas toutes adaptées à la fabrication de voitures électriques, l'approvisionnement en composants — notamment la batterie — est encore compliqué, sans oublier la nécessité d'installer des bornes de recharge.

Inversion des courbes

Mais à en croire Bloomberg News Energy Finance, les prix des voitures électriques devraient passer sous celui des véhicules thermiques traditionnels dans sept ans ! En 2024, la parité tarifaire serait de mise avec les deux types de voitures au même prix. Ensuite, les prix de l'électrique baisserait à tel point qu'il sera plus avantageux de s'offrir ce genre de véhicule. Pour expliquer cette inversion de la courbe, l'agence met en avant la baisse de prix sur la batterie, qui représente deux cinquièmes des prix d'une voiture électrique.

Investissements et demande en hausse

À l'horizon 2030, les prix des batteries auront fondu de 67%, prévoit Bloomberg. La progression constante des investissements dans la recherche, des capacités de production en hausse, tout comme la demande toujours plus forte des automobilistes et des entreprises pour leurs flottes sur les marchés américain, européen et asiatique. Une demande entretenue par les autorités des pays et des métropoles qui cherchent à réduire la pollution. Seule ombre au tableau : le coût des matières premières indispensables pour la fabrication d'une batterie lithium-ion. La demande va elle aussi exploser, reste à savoir si les sources de manganèse, de graphite et de lithium suivront.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis