Budget : députés et sénateurs américains n’ont plus que quelques heures pour trouver un accord

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 30 septembre 2013 à 2h17

Encore un psychodrame budgétaire en vue aux Etats-Unis ! Les élus américains devaient adopter ce week-end le budget qui permettra de financer les dépenses publiques à partir de demain, le 1er octobre. Le problème ? Impossible de mettre d'accord la Chambre des représentants, contrôlée par les Républicains, et le Sénat, dominé par les Démocrates ! Or les deux institutions doivent ratifier le projet de Budget pour qu'il entre en vigueur.

Les Républicains votent un Budget sans l'Obamacare

Dans un premier temps, la Chambre des représentants a donc voté, dans la nuit de samedi à dimanche, un projet de loi de Finances qui reporte d'un an l'entrée en vigueur de la réforme du système de santé, dite Obamacare. Ils ont aussi voté en faveur de la suppression d'une taxe sur les appareils médicaux qui doit contribuer au financement de l'Obamacare. Or aujourd'hui, le texte doit passer entre les mains des sénateurs, et il est évident qu'ils ne le voteront pas en l'état !

Que va-t-il se passer ? Un blocage important. Et une possible fermeture de l'appareil fédéral, baptisée « shutdown » outre-Atlantique. A moins que les élus proposent in extremis, un texte provisoire, ratifié par tous.

800 000 fonctionnaires seraient mis à pied

Sinon certains services de l'Etat ne seront plus assurés. Fermetures d'administrations (à l'exception des administrations essentielles comme le contrôle aérien, la Poste, les services sociaux, le versement des retraites), mise en congés sans solde d'environ 800 000 fonctionnaires (les soldats continueraient tout de même à être payés) : le pays tournerait au ralenti. Les musées et parcs nationaux fermeraient par exemple leurs portes, ce qui ternirait l'image des Etats-Unis auprès des touristes. Cela s'est déjà produit pendant trois semaines, en décembre 1995, sous la présidence de Bill Clinton.

Comme nous l'expliquions ici, même si un accord à l'arraché, temporaire ou permanent, est trouvé, les Américains ne seront pas sortis d'affaire pour autant. Dans quelques semaines, mi-octobre précisément, une autre échéance les attend : le plafond légal de la dette, fixé à 16 700 milliards de dollars, va être atteint. En clair, à partir de cette date, les Etats-Unis auront atteint la limite de leurs possibilités légales d'emprunter et le Trésor devra financer le gouvernement avec les seules liquidités dont il disposera. Cela augure de nouveaux débats houleux à Washington...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «Budget : députés et sénateurs américains n’ont plus que quelques heures pour trouver un accord»

Laisser un commentaire

* Champs requis