Angela Merkel va enfin pouvoir commencer son quatrième mandat

53,5 %
La nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne dispose d'une majorité
de 53,5% au Bundestag.

Angela Merkel peut souffler : les membres du SPD, partenaire de son parti la CDU, ont donné leur accord à une nouvelle coalition pour diriger l'Allemagne. La chancelière va pouvoir finalement entamer son quatrième mandat à la tête du pays.

Depuis septembre dernier, l'Allemagne restait dans l'expectative suite à des élections législatives durant lesquelles la CDU/CSU d'Angela Merkel, certes en tête, n'a toutefois recueilli qu'un peu moins de 33% des suffrages. Soit 8,6 points de moins, un camouflet pour le parti de la chancelière. Après un échec des négociations avec les libéraux de l'AfD et les Verts, Angela Merkel est revenue vers son partenaire le SPD. Mais avec 20,1% des voix, le parti a beaucoup perdu et il souhaitait une « cure d'opposition » pour redresser la barre.

Négociations ardues

Après plusieurs semaines de négociations houleuses et difficiles, un nouvel accord de coalition a été mis en place entre les deux formations. Il restait encore aux membres du SPD de donner leur accord pour cette « grande coalition » : c'est chose faite ce dimanche 4 mars, avec le « oui » qui totalise plus de 66% des voix. « Je me réjouis de la poursuite de notre collaboration pour le bien de notre pays », a écrit la chancelière sur le compte Twitter de la CDU. Elle a toutefois dû faire des concessions : le ministère des Finances, qui revient traditionnellement à un conservateur, ira cette fois à un ministre du SPD.

Par ailleurs, dans deux ans un état des lieux de la coalition sera dressé, avec une « clause de sortie » pour les partenaires si les choses n'allaient pas. Cette coalition dispose d'une courte majorité au Bundestag, à savoir 53,5% des sièges. Les députés donneront leur feu vert à ce nouveau gouvernement et au quatrième mandat d'Angela Merkel mi-mars, sans doute le 14 mars. Du côté de la France, Emmanuel Macron salue cette nouvelle alliance : selon le chef de l'État, c'est « une bonne nouvelle pour l'Europe ».

Paris salue la coalition

Le communiqué de la Présidence écrit aussi : « La France et l'Allemagne travailleront ensemble, dès les prochaines semaines, pour développer de nouvelles initiatives et faire avancer le projet européen ». Les dossiers européens s'empilent en effet dans un contexte délicat pour l'Union européenne, entre le Brexit, les tentations protectionnistes et la montée des nationalismes. Emmanuel Macron veut « relancer l'Europe », mais pour ce faire il a besoin d'un partenaire allemand solide.


A découvrir