Au cours d'une carrière, le salaire est multiplié par 1,7 en moyenne

2 000 euros
À partir de 35 ans, le salaire a tendance à stagner aux alentours de 2
000 euros par mois en moyenne.

Quelle que soit son année de naissance, un salarié peut en moyenne espérer multiplier son salaire par 1,7 au cours de sa vie professionnelle, ont calculé les économistes de France Stratégie. La mécanique derrière ces progressions de salaire est toutefois moins évidente.

La massification de l’enseignement supérieur et du travail des femmes tirent les salaires vers le bas

Les salaires, augmentent-ils avec l’âge en France ? Pour répondre à cette question, les spécialistes de France Stratégie ont analysé huit générations de salariés, nés entre 1935 et 1974, en prenant en compte leur niveau de salaire net et leur niveau de diplôme. En effet, les salaires nets (c’est-à-dire une fois décomptées cotisations sociales, CSG et CRDS) augmentent bien avec l’âge, et au fil des générations. En revanche, en termes de salaires relatifs (c'est-à-dire mesurés par rapport au salaire moyen de la génération), le constat qui domine est plutôt celui d’une grande stabilité.

Pourquoi ? Tout d’abord, l’enseignement supérieur étant devenu un parcours obligé, les personnes diplômées ne peuvent plus faire valoir leur diplôme en tant qu’un atout différenciateur qui leur permettait de prétendre à un salaire plus élevé. Autre raison : les femmes ont été très nombreuses à rejoindre le marché du travail ces dernières décennies. Leurs salaires assez peu élevés comparé à ceux des hommes tirent la moyenne vers le bas. Enfin, la mise en place du SMIC et ses revalorisations successives ont fait que les salaires des moins diplômés ont considérablement progressé.

Les salaires des plus diplômés augmentent avec l’âge

D’après les calculs des auteurs de l’étude, quelle que soit son année de naissance, un salarié peut en moyenne espérer multiplier son salaire par 1,7 au cours de sa vie professionnelle. Il atteindra le salaire moyen vers 30 ans et le dépassera de 20% vers 65 ans (s’il travaille toujours à cet âge-là, bien sûr). Toujours est-il que, même en fin de carrière, les écarts de rémunération restent importants : une femme en fin de carrière gagne en moyenne 110% du salaire moyen, contre 130% pour un homme.

Autre constat révélateur : les salaires des plus diplômés augmentent jusqu’à 62 ans, tandis que ceux des moins diplômés diminuent en moyenne à partir de 54 ans. « Pour ces personnes, une vigoureuse action de formation à partir de 50 ans paraît nécessaire si l’on souhaite accroître le taux d’emploi des seniors sans que cela s’accompagne d’une baisse de salaire », mettent en garde les spécialistes de France Stratégie.


A découvrir