Automobile : la prime à la conversion entre en vigueur

8 500
En cumulant le bonus écologique et la prime à la conversion, l'aide
peut atteindre 8 500 euros pour une voiture électrique neuve.

Depuis le 1er janvier 2018, ceux qui souhaitent changer de voiture et acquérir un véhicule d’occasion moins polluant peuvent le faire, et pour cela, bénéficier d’une aide de l’Etat, qui s’avère particulièrement intéressante dans certains cas.

2 000 euros de prime

Pour convaincre les Français, et accessoirement les médias, que la prime à la conversion des véhicules n’est pas un gadget, prime promue par Nicolas Hulot il y a quelques mois et qui a fait couler beaucoup d’encre, le ministère de l’Ecologie donne des exemples concrets.

D’occasion, une Peugeot 206 diesel de 2012 peut se trouver à 4 500 euros, affirme le ministère. Si l’on déduit les 2 000 euros de prime à la conversion, accordée à un foyer sur deux, en fait, les foyers non imposables, elle ne revient plus qu’à 2 500 euros.

Le véhicule mis au rebut doit avoir été mis sur le marché avant le 1er janvier 2001 s'il s'agit d'un véhicule diesel (avant le 1er janvier 2006 si le propriétaire est non imposable), avant le 1er janvier 1997 s'il s'agit d'un véhicule essence.

Encourager l'achat de véhicules moins polluants

Avec cette prime, Nicolas Hulot a pour ambition d'"accélérer la sortie du parc des véhicules essence et diesel les plus polluants".

Résultat, dans un marché de l’occasion en pleine santé, plusieurs dizaines de milliers de demandes, voire peut-être même 100 000 demandes, sont attendues. Car cette prime va permettre à tous ceux qui ont des voitures à bout de souffle, ou qui ont besoin de gros travaux de réparation, d’être envoyés à la casse sans états d’âme par leurs propriétaires.

Le ministère de l’Ecologie a créé un site spécial primealaconversion.gouv.fr, qui permet de vérifier si la voiture d’occasion visée permet de toucher la fameuse prime, et le montant précis de cette dernière (il varie en fonction du véhicule acheté -thermique ou électrique, neuf ou d'occasion-, et de la situation fiscale du foyer). La demande de prime peut également se faire en ligne. 


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.