Les autocollants sur les plaques d'immatriculation désormais interdits

135 €
Changer le numéro du département d'une plaque d'immatriculation avec
un sticker est désormais puni d'une amende de 135 euros.

Je vais finir la semaine en beauté avec un coup de gueule que vous allez sans doute pousser avec moi dans quelques instants, quand je vous aurai dit ce qui provoque ma colère du jour.

Interdiction de changer de numéro de département sur sa plaque d'immatruclation avec un sticker

Vous conviendrez que côtés emmerdements, pardon, côté ennuis, en ce moment, on a tous eu largement notre dose. Et pourtant, manifestement, cela ne suffisait pas. Depuis maintenant une dizaine d’années, il n’est plus nécessaire de changer les plaques d’une voiture quand elle change de propriétaire, puisque son immatriculation est permanente.

À la clef, ce sont 30 à 50 euros d’économisés plutôt bien venus quand on a en même temps les taxes de carte grise à payer. Comme une voiture d’occasion provient dans deux cas sur trois d’un autre département, parfois même, de l’autre bout du pays, la plupart des automobilistes ont pris l’habitude de changer le numéro du département avec un sticker, de ceux que l’on trouve pour 1 ou 2 euros l’unité sur Internet ou chez certains serruriers. Seulement voilà : c’est désormais interdit, et à la clef, vous risquez une amende de 135 euros. 

Obligation de changer de plaque d'immatriculation

Un fabricant de plaques d’immatriculation a réussi à obtenir de la Cour de cassation qu’elle déclare les petits autocollants permettant de changer le numéro de département illégaux. À l’heure où l’on parle d’écologie à tout bout de champ, c’est aberrant, puisque pour changer de numéro, il faut changer les plaques.

À l’heure où l’on doit faire des économies, ça l’est tout autant. Mais en fait, le vrai truc absurde, c’est que le numéro de département ne fait plus partie de l’immatriculation comme autrefois. Vous pouvez mettre ce que vous voulez comme numéro sur la plaque, mais donc pas à l’aide d’un autocollant. Une fois n’est pas coutume, les ronds de cuir chers à Courteline se sont fait plaisir.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).