Chauffeur VTC : des besoins à court terme

4.000
4.000 chauffeurs VTC mettent un terme à leurs activités, chaque année.

Chauffeur VTC, un métier d’avenir ? Assurément, selon Yves Weisselberger, le président de la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR) qui regroupe six plateformes de Véhicule de Tourisme avec Chauffeur (Kapten, SnapCar, LeCab, Bolt, Marcel et AlloCab), également fondateur de SnapCar. Selon lui, le marché requiert 6.000 conducteurs en plus chaque année. Or, 4.000 chauffeurs par an arrêtent d’exercer.

En outre, depuis la loi Grandguillaume entrée en vigueur le 1 er janvier 2018 des milliers de chauffeurs ont disparu - une réorganisation nécessaire selon le ministère des Transports.

Quelle formation pour devenir chauffeur VTC ?

Depuis la loi VTC/Taxi Grandguillaume, un examen VTC obligatoire existe, que l’on prépare en suivant une formation chauffeur VTC. Son obtention permet d’obtenir la carte pro VTC. L’examen est en deux parties : une épreuve théorique (son taux d'échec important fait l'objet d'une polémique) et une épreuve de conduite. Pour pouvoir passer l’épreuve de conduite, il faut d’abord être admissible à l’épreuve théorique (minimum 10/20 sans note éliminatoire). Celle-ci comprend 5 matières en tronc commun et 2 matières spécifiques. Celles-ci sont :

la réglementation du transport public particulier de personnes, la gestion d’entreprise, la sécurité routière, la langue française, la langue anglaise (niveau A2), le développement commercial VTC et la gestion spécifique VTC, la réglementation nationale VTC.

Chauffeur VTC : une formation continue obligatoire

Pour se présenter à l’examen, le chauffeur VTC doit être titulaire du permis B (ou équivalent européen) depuis au moins 3 ans et non soumis à une période probatoire. Le chauffeur VTC doit renouveler sa carte pro tous les 5 ans en suivant une formation continue de 14 heures. Celle-ci a pour objectif de mettre à jour ses connaissances en droit du transport, en matière de sécurité routière. Elle l’informe aussi des évolutions de l’environnement économique et technologique.

En 2018, 5.000 chauffeurs VTC ont réussi l'examen, selon la FFTPR. Selon le ministère des Transports, ce nombre devrait augmenter en 2019.


A découvrir