Comment tester le wifi de ses objets connectés ?

8,4 milliards
On compte 8,4 milliards d'objets connectés en circulation dans le
monde.

"La Force est ce qui donne son pouvoir aux Jedi, elle nous entoure et nous pénètre, et maintient la galaxie en un tout unique " Ce descriptif de la Force par Obi-Wan Kenobi dans StarWars, pourrait aussi faire référence aux réseaux Wi-Fi omniprésents qui nous entourent et relient les objets connectés.

Maisons, hôpitaux, magasins et centres commerciaux, aéroports, usines... sont des écosystèmes avec un nombre croissant et varié d'appareils connectés qui dépendent du Wi-Fi pour communiquer et fonctionner.

En effet, 1/3 des objets connectés utilise le Wi-Fi, bien souvent dans un secteur d’activité critique, comme la santé, l’agro-alimentaire ou la fourniture d’eau, les systèmes de gestion du trafic et de transport public. C’est pourquoi, ces appareils - et les applications qui les contrôlent - exigent d’excellentes performances Wi-Fi et une connexion stable. Le Wi-Fi doit permettre aux appareils IoT de remplir pleinement leur fonction, en tenant compte des contraintes, comme la distance au point d’accès le plus proche, l’interférence avec d’autres fréquences radios, l’interopérabilité avec d’autres appareils, etc… C’est dans ce contexte que nous avons souhaité partagé les bonnes pratiques et les étapes indispensables à la mise en place d’un test efficace.

De la conception au déploiement

Nous pouvons définir deux phases de tests : tout d’abord, par les fabricants d'appareils Wi-Fi, puis, par les organisations qui les déploient. Il est crucial de réaliser un test solide sur les deux phases, pour obtenir un réseau optimum. Cela signifie que le test Wi-Fi doit se baser sur une reproduction précise de l’environnement existant sur lequel les appareils vont être déployés. Le test Wi-Fi est extrêmement spécifique au contexte. En tant que tel, la stratégie de test doit évaluer les performances et les fonctionnalités des appareils dans six domaines clés. Je vais les détailler ci-dessous en prenant l'exemple d'un appareil médical Wi-Fi utilisé dans un environnement hospitalier.

Test 1 : La portée

Dans les grands hôpitaux, les appareils Wi-Fi doivent par nature fonctionner sur des zones larges, la couverture Wi-Fi étant susceptible d'être variable. Perte de paquets, retransmissions, lattence et fluctuation du signal sont les points clés à vérifier afin de définir si le dispositif est adapté à la taille de l’hôpital.

Test 2 : Roaming et réseaux

Au fur et à mesure que les patients évoluent au sein des salles et des départements de l'hôpital, leur dispositif de surveillance doit être en mesure de se déplacer de façon transparente d’un point à un autre, en passant d’un point d’accès à l’autre sans compromettre les performances. La perte de données pendant l'itinérance pourrait entraîner un manquement aux alertes dont le personnel hospitalier dépendent pour fournir le traitement adapté à leurs patients.

Test 3 : Ecosystème

La majorité des problèmes Wi-Fi dans des environnements complexes sont dus, soit à l’écosystème, soit à la coexistence et au fonctionnement simultané de plusieurs dispositifs. Par exemple, dans le cas d'un hôpital, une vaste gamme d’appareils Wi-Fi sont non seulement opérationnels, mais aussi en constante évolution, à mesure que de nouvelles applications sont ajoutées ou mises à jour, et que les patients vont et viennent. C’est pourquoi, les conditions d'essai doivent répliquer ces environnements afin de s'assurer que les périphériques fonctionnent comme dans la réalité.

Test 4 : Data Plane (plan de commutation)

Cette étape du test consiste à considérer les différentes formes de trafic de données à transmettre sur le réseau Wi-Fi. Dans un hôpital, il est probable que cela inclut les résultats d'analyse et de test - visuels, audio et vidéo - ainsi que des données textuelles et numériques. Les périphériques avec des problèmes de Data Plane surchargent l’environnement et peuvent, comme nous l'avons vu ci-dessus, provoquer la défaillance du Wi-Fi.

Test 5 : Interférence

Certaines interférences de fond, provenant de terminaux fonctionnant sur les mêmes fréquences RF utilisées par les moniteurs des patients, mais aussi des terminaux personnels des perturbations des patients et des visiteurs, sont complètement inévitables. Par conséquent, il est important que les dispositifs critiques des hôpitaux et les points d'accès Wi-Fi puissent faire face au niveau d'interférence attendu - et même à des niveaux d'interférence inattendus.

Test 6 : Modèle de canal

La plupart des appareils Wi-Fi dans un hôpital rencontreront une variété de canaux différents, et si leur performance sur un canal particulier est plus faible, cela peut causer des ravages sur les performances globales. Ici, le fabricant et l'hôpital ont la responsabilité de tester les performances des appareils dans une gamme générale et spécifique de canaux.

Temps réel, vie réelle

Le principe crucial relatif à chacun de ces domaines d'essai est de le faire dans les conditions du réel. Le test Wi-Fi n'est pas un effort théorique : il doit intégrer des simulations de trafic, des conditions de portée et d'itinérance, des écosystèmes de périphériques et d'applications qui reflètent l'environnement de travail, et même les dépassent en termes de complexité, afin de garantir la performance et la résilience sur le terrain. Les infrastructures IoT, que ce soit celle d’un hôpital, une usine, une université, un grand magasin ou même une ville entière, sont reliées par Wi-Fi. Une vaste gamme d’appareil doit pouvoir se connecter à des réseaux divers, souvent dans des conditions imprévisibles. Bien que la nature d'un déploiement d'IoT reste difficile à prévoir, les tests en temps réel des systèmes permettront de s'assurer que la connectivité de l'environnement restera forte, toujours.


A découvrir