Confinement 3 : pas de changement dans la liste des commerces autorisés à ouvrir

20 %
Près de 20% des Français passeront Pâques dans des départements
confinés.

Troisième confinement et troisième fois que des milliers de commerces doivent fermer. Leur nombre s’élevait à 110 000 à l’annonce du confinement pour 16 départements le 20 mars 2021 : il faut maintenant rajouter ceux des trois nouveaux départements confinés vendredi dernier : Aube, Nièvre et Rhône. Un coup dur pour les commerçants, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ayant affirmé le 29 mars 2021 que la liste ne changerait pas. 

Une liste incompréhensible

Magasins de bricolage ou de puériculture étaient restés ouverts en novembre 2020. De nouvelles exceptions les rejoignent : les chocolatiers, qui auraient vu fondre leur chiffre d’affaires en cas de fermeture en cette période pascale, fleuristes, libraires ou coiffeurs restent ouverts. Même chose pour les concessionnaires automobiles, “parce que derrière, il y a des dizaines de milliers d’ouvriers concernés” rappelle le ministre. Une liste qui semble arbitraire aux yeux de nombreux commerçants, à commencer par les magasins de sport qui eux resteront fermés. « L’équitation est autorisée, mais vous ne pouvez acheter ni bottes, ni bombe ; le foot est autorisé, mais vous ne trouverez pas un magasin de sport où acheter un ballon » s’étonne Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport et Cycle. Ouvrir les disquaires et les libraires, mais pas les magasins de jeux vidéo ? Fermer les magasins de jouets à l’approche des vacances ? Nombreux sont les motifs d’incompréhension parmi les consommateurs.

Changera, changera pas ?

Si Alain Griset, ministre délégué aux PME a d’abord plaidé le “cas par cas” à propos de l’ouverture ou de la fermeture des commerces, notamment en cas d’ “aberration”, Bruno Le Maire a clarifié la situation : la liste “ne changera pas”. « Il ne serait pas compréhensible qu'au moment où la situation sanitaire se dégrade - où c'est difficile pour les soignants, pour les personnels hospitaliers - d'envoyer un message d'ouverture d'autres commerces ». Le ministre a beau faire valoir sa conscience des difficultés imposées - “je sais que c’est dur et pénalisant pour les commerçants”, cette annonce a toutes les chances d’être vécue comme un coup de massue supplémentaire pour les exclus de l’ouverture. 

Des dispositifs particuliers pour les commerces fermés

Pour compenser les difficultés occasionnées par cette troisième fermeture, le ministre de l’Économie a évoqué la possibilité pour les chausseurs ou les magasins d’habillement de mettre en place des soldes exceptionnelles, ou encore d’être indemnisés sur les stocks non écoulés. Un geste qui n’en demeure pas moins une maigre consolation pour les commerçants forcés de rester fermés. Dans certaines villes, des maires ont choisi de proposer aux commerces fermés de vendre leurs produits en extérieur. Au risque d’être contestés en justice, comme à Compiègne où la préfecture de l’Oise s’oppose à l’arrêté du maire autorisant les commerçants à vendre sur la voie publique.


A découvrir