Coronavirus et krach boursier : attention aux arnaques

52 %
En France, 52% des ménages ont déjà été victimes d'arnaques bancaires.

Le mois de mars a été un désastre pour les Bourses du monde entier : entre la crise du coronavirus qui, désormais, entraîne le confinement de plus de 3 milliards de personnes et la guerre du pétrole entre Arabie saoudite et Russie, les marchés ont connu un krach hors normes. Les épargnants craignent pour leur argent… et les arnaqueurs en profitent.

Les autorités financières appellent à la « plus grande vigilance »

Une personne qui a peur est plus facilement manipulable et peut bien plus facilement tomber dans une arnaque. C’est ce que craignent l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR) et l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) qui, jeudi 26 mars 2020, ont lancé l’alerte : la situation économique actuelle et les incertitudes sur le futur sont le terrain propices à la multiplication des arnaques.

Les deux organismes ne précisent pas d’arnaque en particulier : « nous sommes dans la prévention », déclarent-elles dans le communiqué commun. Les épargnants doivent notamment faire attention à toute proposition de placement « présenté comme une valeur refuge », aux « faux produits bancaires », surtout s’ils proposent des taux de rémunération attractifs ou s’ils garantissent un quelconque résultat. Le krach économique ne permet pas de garantir une stabilité financière, et encore moins des rendements élevés.

Des pertes financières parfois lourdes

Le risque, pour les épargnants, est réel : selon les autorités du secteur bancaire, pas moins d’un milliard d’euros sur deux ans ont été ainsi perdus à cause d’arnaques financières en tout genre. En 2019, pas moins de 1.500 Français seraient tombés dans le panneau d’offres trop alléchantes pour être vraies. Le coronavirus et la crise sanitaire mondiale pourraient donc être une aubaine pour les arnaqueurs qui cherchent des victimes.

Heureusement, c’est un petit soulagement, ce sont surtout des données personnelles ou des données bancaires que les arnaques ciblent, et moins réellement des fonds. Ces arnaques sont donc un peu moins dangereuses, mais tout aussi dévastatrices, surtout en temps de crise.

Aujourd’hui, plus que d’habitude, la méfiance est donc de mise : n’hésitez pas à vérifier à plusieurs reprises la véracité des propos et à jouer la carte de la prudence.


A découvrir