La croissance 2021 sera la plus élevée depuis 50 ans

6,6 %
L'Insee estime l'acquis de croissance pour la France à 6,6% au
troisième trimestre.

Le gouvernement joue toujours la carte de la prudence concernant les prévisions de croissance pour la France pour 2021 : sa prévision officielle reste à 6,3%, malgré des données contradictoires (et meilleures). De son côté, la Banque de France a décidé qu’il était temps d’afficher son optimisme : elle relève ses prévisions pour 2021.

France : croissance record en 2021, 6,7%

Invité sur RTL le 8 décembre 2021 au matin, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a finalement cédé : les prévisions de croissance officielles de la Banque de France sont officiellement relevées. En septembre 2021, et depuis, la prévisions de croissance 2021 pour la France de la BdF avait été établie à 6,3%, conformément à celles du gouvernement ou encore de l’Insee. Mais déjà l’Insee laissait entendre que la croissance sera supérieure, annonçant un acquis de croissance à la fin du troisième trimestre 2021 de 6,6%.

La réticence des instituts venait de l’impact de la cinquième vague, puis de celui du variant Omicron. Finalement, la Banque de France semble croire que cet impact ne sera pas si grave : pour 2021, elle table désormais sur une croissance record pour l’Hexagone de 6,7%, confirmant que la France connaîtra un des rebonds de croissance les plus élevés de la zone euro, voire du monde.

Une croissance inattendue… au plus haut depuis 50 ans

Une telle croissance est exceptionnelle et imprévisible, François Villeroy de Galhau le concède : « elle est beaucoup plus élevé que ce que l'on attendait en première moitié de l'année », explique-t-il. « Et c'est le plus haut chiffre de croissance depuis plus de 50 ans. »

De quoi conforter le gouvernement, mais aussi les analystes : la récession de 2020, lorsque le PIB français avait chuté de 8% en un an du fait de la pandémie, des confinements et de l’arrêt de l’économie, va bien être effacée dès 2022, potentiellement avant la fin du premier semestre. Début 2021, certains analystes ne tablaient sur un retour à des niveaux pré-pandémie qu’à la fin de l’année 2022, voire début 2023 pour les plus pessimistes. Sauf mauvaise surprise, ce ne sera pas le cas.

Le Livret A va bien augmenter en 2022

Autre annonce du gouverneur de la Banque de France : le Livret A. Il est désormais quasi-certain que son taux va augmenter, la revalorisation étant prévue pour le 1er février 2022. Si le gouvernement a le dernier mot, la campagne présidentielle aura sans doute raison des réticences de l’exécutif.

François Villeroy de Galhau a donc confirmé que l’inflation des 6 derniers mois sera prise en compte, donc l’inflation entre juillet et décembre 2021, pour ses recommandations. De quoi entraîner une revalorisation de 0,2% voire 0,5% du taux d’intérêt des livrets défiscalisés. La rémunération du Livret A et du LDDS pourrait donc grimper à 0,8% voire 1% par an, même si cette dernière hypothèse reste peu probable.


A découvrir