De nombreuses promotions durant la période des fêtes

200 €
Un article peut valoir 200 euros et être soldé à 50, 70 ou 100 euros.

Que le Black Friday ait lieu ou non à la fin de cette semaine ou bien à la fin de la suivante, on sait que la période des fêtes est propice aux opérations commerciales en tout genre.

Éviter les invendus

Et je ne parle évidemment pas que d’Internet. Tout le monde brade, et les petits commerçants ne seront pas en reste, afin de pouvoir écouler le plus possible leurs stocks, et ainsi éviter d’avoir trop d’invendus sur les bras. 

Régulièrement, des associations de consommateurs dénoncent les vraies fausses promotions, et pas seulement au moment des soldes. - 30, - 50, - 70%, c’est alléchant, mais sur quelle base peux-t-on dire d’un prix qu’il a été ainsi diminué. Et bien vous allez rire, mais il n’y en a pas. En réalité, rien n'empêche de dire qu’un produit vaut 200 euros, mais qu’on le brade à 50, 70 ou 100 euros.

De vraies fausses promotions

Sur Internet, l’UFC-Que Choisir montre du doigt Boulanger, la Fnac et Darty qui font partie du même groupe, Rue du Commerce, Cdiscount et Rakuten. Vous noterez que pour une fois, Amazon est absent de la liste des méchants. En boutique, ce sont les chaînes qui sont accusées de pratiquer les vraies fausses promotions : à peine arrivés en vitrine, le pull ou le manteau sont déjà proposés à - 50%.

Alors bien sûr, avec la crise dramatique qui frappe le petit commerce, loin de moi l’idée de conspuer qui que ce soit. En revanche, je vous rappelle quelle est la seule question à se poser lorsque l’on fait face à un produit en promo : en ai-je vraiment besoin ? Est-ce le montant que j’ai prévu d’investir dedans ? Ou bien ne suis-je sensible qu’à l’effet d’aubaine du prix barré ?... Réfléchissez bien et à demain.

  


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).