La Démocratie, incapable de relever les défis actuels

8 %
En 1973, les prix grimpaient au taux de 8% aux Etats-Unis

Après des siècles de progrès, voilà que le système semble reculer. Pourquoi ? Et pourquoi les remèdes apportés par les autorités ne fonctionnent-ils pas ?

Comment se fait-il qu’après plus de 2 000 ans d’apprentissage et d’avancées… d’un seul coup, le progrès semble ralentir… voire s’inverser ? Et comment se fait-il que la démocratie – le joyau de la création politique – semble incapable de relever le défi ?

Hier, nous regardions ce qu’il se passe en Argentine pour voir ce qui nous attend. Après tout, les gauchos en savent long sur la régression : cela fait des décennies qu’ils la pratiquent.
En termes de PIB par habitant, l’Argentine était autrefois l’un des pays les plus riches au monde. Elle est désormais au 94ème rang, après la Turquie et le Mexique. Selon le FMI, même Cuba est plus riche.

Et voici des nouvelles du Buenos Aires Times :
« Le gouvernement argentin a confirmé un accord volontaire de grande envergure avec les détaillants et les chefs d’entreprise, qui prévoit le gel du prix de plus de 1 200 produits ménagers dans le cadre d’un contrôle massif des prix avant les élections. »
Vous avez saisi ? Les prix, qui ont grimpé de 37% à ce jour cette année, selon l’organisme statistique national argentin, seront maintenus… jusqu’à ce que les élections soient passées, en novembre.

Les contrôles de prix, cela ne fonctionne pas

Nous avons vu un article similaire aux Etats-Unis… il y a 48 ans. Dans le New York Times du 14 juin 1973 :
« Nixon gèle les prix pendant 60 jours au maximum ; il établira ensuite des contrôles durant la phase 4. Les prix agricoles, les salaires et les loyers ne sont pas affectés. »

Richard Nixon avait imposé le dollar factice en 1971. En 1973, les prix grimpaient au taux de 8%. Qu’est-ce que Nixon a fait ? Il leur a ordonné de rester à leur place !

Evidemment, cela n’a pas fonctionné ; les contrôles de prix ne fonctionnent jamais. Ils ont été rapidement abandonnés et les prix ont continué à grimper… l’inflation des prix à la consommation annuelle atteignant 11% en 1979.

Cette même année, Jimmy Carter a nommé Paul Volcker à la tête de la Réserve fédérale. Volcker a retourné la situation quasiment à lui tout seul – mais seulement en augmentant le taux directeur de la Fed jusqu’à 18% (il est à 0,25% actuellement) et en provoquant la pire récession depuis les années 1930.

Paul Volcker a été le dernier président honnête de la Fed. A présent, il est trop tard. Les élites ont trop à perdre.

Des « feux de circulation » économiques

Après tant de siècles d’essais, d’erreurs et d’adaptation… il est évident que le mieux qu’un gouvernement puisse faire, pour aider le progrès… c’est de tout simplement le laisser se produire.

Les gens vont où ils veulent. Le gouvernement doit simplement s’assurer que les « feux de circulation » économiques sont entretenus et fonctionnent correctement. Une monnaie honnête, le droit à la propriété, le libre-échange – il ne faut pas grand’chose.

De nos jours, les universités sortent plus d’ingénieurs, de scientifiques, de marketeurs et de dirigeants que jamais. Les marchés de capitaux sont inondés d’argent ; les financements sont faciles à obtenir, même pour des projets improbables et farfelus. Quant aux innovations technologiques, elles arrivent si rapidement que nous avons du mal à suivre.

On pourrait penser que l’économie aurait elle aussi passé la surmultipliée… et que les gens seraient plus heureux que jamais.

Pourtant, les choses semblent mal tourner.

A suivre…

Pour plus d'informations et de conseils de ce genre, c'est ici et c'est gratuit 


A découvrir