Distributeurs de billets : méfiez-vous des escroqueries

2000
En 2019, plus de 2000 distributeurs de billets ont été supprimés par
les banques.

Pendant l’été, les statistiques sont formelles : nous retirons plus d’argent au distributeur que le reste du temps, histoire de pouvoir acheter une glace ou des chouchous sur la plage sans doute.

Des techniques bien rôdées

Mais c’est aussi pendant l’été, toujours selon les statistiques, qu’il y a plus de victimes d’escroquerie avec les distributeurs de billets. Même si ceux-ci sont de plus en plus sécurisés, notamment, la fente dans laquelle l’on insère sa carte, les escrocs redoublent d’imagination.

Prenez par exemple la fente d’insertion de la carte. Elle est aujourd’hui équipée le plus souvent d’un berceau d’introduction en plastique transparent, permettant d’empêcher la pose d’un piège à carte. Et pourtant, des petits malins parviennent encore à bloquer des cartes à cet endroit : vous entrez alors dans la banque pour demander de l’aide, mais pendant ce temps-là, votre carte prend la poudre d’escampette.

Optez pour le paiement sans contact

Autre piège : celui de la fente de sortie des billets. Des escrocs parviennent à la bloquer, et du même coup, à retenir les billets. Là encore, désemparé, vous allez chercher de l’aide, et pendant ce temps, ils parviennent à récupérer vos billets. Méfiez-vous enfin des baratineurs. Le baratineur prétend être un agent de la banque, voire même, un policier en civil, et vous explique que le distributeur que vous êtes en train d’utiliser est piégé.

Pour pouvoir récupérer votre carte, il vous enjoint de taper votre code devant lui. Evidemment, son but est de parvenir à vous dérober votre carte, parfois, par la violence. Redoublez donc de vigilance en retirant de l’argent au distributeur cet été, ou sinon adoptez le plus possible le paiement sans contact !


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).