90 % des eaux en bouteilles polluées aux microplastiques

74 %
Une étude avait montré que 74 % des échantillons d'eau potable en
France étaient pollués par des microplastiques.

MIS A JOUR avec la réponse de la FNECE

N’en déplaise aux complotistes qui pensent que l’eau du robinet est utilisée par les Illuminatis pour nous empoisonner ou nous donner des médicaments à notre insu, cette eau est en réalité moins contaminée que l’eau en bouteille. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude commandée par le site Orb Media et réalisée par l’Université de New York.

L’eau des grandes marques polluée par le plastique

L’étude révélée par The Guardian a analysé 259 bouteilles d’eau vendues dans 9 pays et achetées à 19 endroits différents. 11 grandes marques d’eau ont été ainsi étudiées pour vérifier leur pureté et la présence de microplastiques.

Bien qu’il faille prendre les résultats avec des pincettes car l’étude n’a pas été vérifiée ni publiée dans une revue scientifique mais seulement sur le site Orb Media où elle est accessible, l’étude pointe du doigt que 93 % des bouteilles présentaient des taux très élevés de microplastiques et que seulement 17 bouteilles n’en contenaient pas.

En moyenne, ces bouteilles contenaient 325 particules de plastique pour un litre d’eau.

Les eaux en bouteilles plus contaminées que l’eau du robinet

Les chercheurs précisent que la quantité de plastique trouvée dans les bouteilles est « deux fois supérieure » à celle identifiée dans l’eau du robinet qu’ils ont analysée en 2017. A l’époque, 83 % des échantillons d’eau du robinet analysés contenaient du plastique, la France faisant partie des pays où cette contamination était la moins élevée avec « seulement » 74 % des échantillons contaminés.

Pour obtenir ce résultat, les chercheurs ont utilisé la technique dite « Nile Red » développée par le professeur Andrews Mayes. La technique consiste à utiliser un produit qui s’accroche sur les microplastiques mais pas sur les éléments naturels contenus dans l’eau afin d’identifier leur présence. Et dans certaines bouteilles le résultat est alarmant : 10 000 fibres de plastique par litre d’eau.

A la suite de la publication de l'étude par Orb Media, la Fédération Nationale des Eaux Conditionnées et Embouteillées a répondu en publiant le communiqué de presse suivant :

11 000 ANALYSES PAR JOUR

4 MILLIONS D’ANALYSES PAR AN

Les producteurs d’eaux minérales naturelles et d’eaux de source revendiquent la très haute qualité de leurs eaux

La Fédération Nationale des Eaux Conditionnées et Embouteillées (FNECE) réagit suite à la publication d’une étude américaine publiée le 14 mars 2018 sur le site Orb Média.

La FNECE souhaite rassurer les consommateurs sur la très haute qualité des eaux en bouteille produites et vendues sur le marché français.

La santé du consommateur est une priorité pour les embouteilleurs : depuis plus de vingt ans, des politiques de protection autour des sources sont développées afin de préserver la pureté et la naturalité des eaux minérales naturelles.

Eau minérale naturelle et eau de source : parmi les produits alimentaires les plus contrôlés

L’eau minérale naturelle et l’eau de source sont soumises à une réglementation très stricte et font l’objet de nombreux contrôles sanitaires par les agences régionales de santé. Chaque année, ce sont plus 4 millions de contrôles qui sont effectués par les embouteilleurs, depuis la source et tout au long du processus d’embouteillage pour assurer une qualité optimale. A chaque étape de la production, tout est mis en œuvre pour garantir au consommateur une très haute qualité de produit.

Analyse de micro plastiques : aucune méthodologie officiellement reconnue

Concernant les résultats de cette étude, nous souhaitons indiquer qu’il n’y a pas de méthodologie officielle reconnue pour analyser les micro plastiques et qu’il n’y a pas de consensus scientifique.

Par ailleurs, les micro particules de plastiques sont présentes partout dans l’environnement, ce qui peut fausser les résultats des analyses si elles ne suivent pas un protocole extrêmement rigoureux.

La FNECE en appelle à la prudence quant à l’interprétation des résultats de l’étude conduite par Sherri Mason.

Il est important de développer des méthodes d’analyses robustes et standardisées avant de tirer des conclusions hâtives.

Eaux en bouteille : des critères de qualité très stricts inscrits dans la réglementation

En France, les eaux embouteillées commercialisées (eaux minérales naturelles et eaux de sources) sont toujours d’origine souterraine, elles proviennent de sources préservées de toute pollution humaine. Les eaux minérales naturelles se caractérisent par leur pureté originelle et par la stabilité de leur composition.


A découvrir