Covid-19 : les salariés français plus fatigués durant le second confinement

28 %
La fatigue a touché 28% des salariés français durant le second
confinement.

Un sondage réalisé par l'Ifop pour Siaci Saint Honoré et Wittyfit s'est penché sur l'état d'esprit des salariés français durant le second confinement.

Fatigue, stress et inquiétude définissent le second confinement

L'étude de l'Ifop réalisée pour le spécialiste de la mesure de la satisfaction des travailleurs, Wittyfit, et pour la société de conseil et de courtage en assurance, Siaci Saint Honoré, met en avant que 65% des salariés français ont décrit leur état d'esprit durant le second confinement par ces trois mots : « Fatigue, stress, inquiétude ». Outre cette définition, les salariés sont 24% à moins bien vivre le second confinement.

Si la fatigue fait un bond de 10 points par rapport au premier confinement et touche 28% des sondés, le stress et l'inquiétude reculent respectivement de 4 et 3 points, pour toucher 11% et 20% des salariés français. Romain Bendavid, directeur de l'expertise corporate et du climat social à l'Ifop, explique facilement ces fluctuations : « Confinement ou non, les salariés sont toujours plus fatigués en novembre/décembre qu'en mai/juin. Ensuite, être déjà passé par cette expérience diminue le côté anxiogène du reconfinement, d'où une baisse des ressentis propres à l'anxiété ».

Les Français plus fatigués durant ce second confinement

L'hiver n'est pas le seul facteur déterminant de la fatigue des salariés. L'alternance du travail à domicile et au bureau fatigue énormément les salariés. En mai 2020, lors du premier confinement, les travailleurs n'étaient que 30% à pratiquer cette alternance, contre 69% lors du second confinement en novembre 2020. Cette alternance est une charge supplémentaire pour le salarié. Romain Bendavid explique : « Il faut se trimbaler ses dossiers, son équipement, certains salariés peuvent être stressés de retourner sur site dans un contexte de crise sanitaire…»

Si les salariés sont fatigués, inquiets et stressés, ils n'en ont pas moins confiance dans leurs entreprises. 74% estiment en effet que leurs entreprises sont aptes à relever les défis économiques et sanitaires.


A découvrir