Pourquoi la FED injecte-t-elle 270 milliards ? Et c?est pas fini !

270
La FED vient d'injecter 270 milliards d'euros dans le système
financier.

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Il est une question terrible.

Une question qui s’exprime par un simple mot d’une force incroyable.

Ce mot c’est « pourquoi ».

Pourquoi. C’est notre premier mot, notre premier pas vers la vérité.

Le pourquoi permet d’aborder les sujets qui « fâchent » !

En voici un…

Pourquoi la FED vient-elle d’injecter 270 milliards dans le système financier ?

Retour en arrière.

Nous sommes en 2009. Dans ce rapport officiel en page 218 (je sais je me suis tapé toutes les pages de ce rapport et bien d’autres !!!) il est dit que la FED, la banque centrale, a refilé en douce 8.000 milliards de dollars à la BCE, la banque centrale européenne… oui, rien que cela tout en sachant que le PIB de la France est de 2500 milliards juste pour un point de comparaison rapide… Vous pouvez lire ce rapport vous-même ici, il est en ligne et c’est gratuit !!!

Tout cela pour vous dire, que la FED fait ce qu’elle veut.

L’essentiel n’est pas de savoir si les sous sont injectés sous telle ou telle forme, sur une journée ou sur deux, si les positions sont « roulées » ou pas, tout cela importe peu dans le grand tableau d’ensemble.

L’important c’est pourquoi de tels montants et pourquoi maintenant ?

Pourquoi 270 milliards maintenant ?

Que se passe-t-il que nous ne sachions pas ?

À côté de quoi passons-nous

Mon petit doigt me dit, me murmure à l’oreille, que le maintenant est lié à ce qu’il s’est passé en Arabie-saoudite et sur le marché du pétrole.

Le pourquoi, lui, est lié aux pertes « techniques » sur les marchés, aux mouvements que nous avons eus sur les marchés suite aux attaques des Houthis sur les installations saoudiennes.

En gros, tous ceux qui jouaient le pétrole à la baisse (peu importe qu’ils soient majoritaires ou minoritaires sur le marché) ont perdu en quelques secondes des sommes colossales, des positions ont été automatiquement coupées, des appels de marges effectués.

Bref, les pertes de certains sont forcément monstrueuses.

La FED injecte donc des sommes qui permettent d’équilibrer à très courts termes les pertes constatées lors de cet événement de marché et d’éviter des défauts de paiement en chaîne.

C’est une théorie, c’est une intuition, et je pense que la cause de ces injections est à rechercher de ce côté-là.

Le marché interbancaire est totalement gelé, bloqué, et les banques ne se prêtent plus entre elles, comme à la belle époque de Lehmann Brothers, pour une raison « simple », c’est que personne ne connaît les pertes de la voisine !

Il y a 10 ans c’était à cause des pertes liées aux Subprimes. Aujourd’hui, il n’est pas stupide de penser que c’est à cause des pertes potentielles liées aux contrats à termes et autres ventes à termes sur le marché du pétrole.

Du coup… on injecte et la FED remplace le marché et se substitue au marché interbancaire par ses opérations de « REPO ». Elles vont continuer, et ce soir lorsque j’écris ces lignes la FED a annoncé qu’elle poursuivra ses activités sur le marché du financement jusqu’à la mi-octobre !! Source CNBC ici

En clair ?

1/ La Réserve fédérale de New York poursuivra ses opérations de rachat au jour le jour jusqu’à la mi-octobre.
2/ Le processus impliquera trois opérations sur 14 jours représentant 30 milliards de dollars, ainsi que des opérations continues de plus de 75 milliards de dollars chacune.

Sur les 10 prochains jours… la FED prévoit d’injecter plus de 1050 milliards de dollars !!!

Evidemment il y a un loup.

Un énorme loup.

Mais pour le moment chuuuut !

Officiellement il n’y a pas de problème !

« Mercredi, le président de l’institution, Jerome Powell, a minimisé ces « problèmes », assurant qu’ils n’avaient « aucune implication pour l’économie ». Mais les interrogations demeurent »Source article du Monde ici !

Officiellement, c’est juste un petit pépin de rien, lié au paiement des impôts des entreprises, à l’Etat Fédéral qui voulait aussi emprunter beaucoup, bref, rien de bien grave…

Mais je ne crois pas un seul instant à ces explications, surtout, que ces injections vont se poursuivre. Je vous en parlerais demain tellement le sujet est évidemment brûlant et parce que cela va durer. Pour le moment on étouffe l’affaire, on tente de déboucler proprement les positions qui ont toutes sauté en une nuit, et chacun tente d’y retrouver ses petits. En attendant la FED va irriguer les marchés au maximum.

Enfin, dernier éléments, pourquoi la FED et pas la BCE ?

Essentiellement parce que le pétrole se négocie… en dollars ! Le marché a donc besoin de tombereaux de dollars pour déboucler des positions sur les produits dérivés du marché pétrolier qui fonctionne exclusivement en dollars. Cela en fait donc un problème qui concerne avant tout la FED et que très marginalement la BCE pour l’aspect monétaire. Pour l’aspect catastrophe financière mondiale, la BCE devra intervenir et sera mise à contribution pour la résolution du problème sur le continent européen.

D’ici là, je vous laisse regarder les explications et hypothèses développées dans ce vrai JT de l’éco. Je vous souhaite un bon visionnage.

N’oubliez pas de mettre des pouces bleus et de vous abonner à ma chaîne Youtube et évidemment de partager au plus grand nombre !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae.


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.