Générosité : les Français ont été moins nombreux à donner en 2016

472
Le don annuel moyen est de 472 euros.

Les Français sont habituellement généreux quand il s'agit de donner à des organisations caritatives ou des ONG. Mais cela a été un peu moins le cas en 2016, comme le relève une étude réalisée par le réseau Recherches et solidarités dévoilée par La Croix.

Moins nombreux, des dons qui stagnent : c'est le tableau peu réjouissant que dresse le 22e baromètre de Recherches et solidarités pour l'année 2016. Le nombre de foyers qui ont donné l'an dernier a été de 5,28 millions, un chiffre en baisse de 4,2% par rapport à 2015. Ce recul du nombre de donateurs n'avait pas été observé depuis 1995 et les grèves contre la réforme Juppé. Rien n'explique réellement pourquoi les Français ont été moins nombreux à donner en 2016 : leur moral était relativement élevé et le nombre de catastrophes naturelles aurait dû pousser les Français à donner.

Moins de dons

Le montant récolté par les dons a stagné : il s'est élevé à 2,49 milliards d'euros, alors qu'en 2015 il était de 2,48 milliards. En 2014, la progression des dons avait été de 7,2%, et de 3,7% en 2015. Plus réconfortant : le don moyen annuel s'élève à 472 euros, soit une progression de 5%. Les moins de 30 ans sont les moins nombreux à donner (ils représentent 4% des donateurs pour 3% des montants), mais leur don moyen est élevé à 335 euros, alors que leurs revenus sont plus limités que pour d'autres catégories.

Les plus de 60 ans donnent volontiers

Ce sont les plus de 60 ans qui donnent le plus : ils représentent 53% des donateurs pour 58% des montants. Le montant moyen déclaré le plus élevé est de 536 euros, il est le fait de la catégorie des plus de 70 ans. Les cinq premiers organismes collecteurs sont l'Association française contre les myopathies, les Restos du cœur, la Croix-Rouge, le Secours catholique et Médecins sans frontières. Les trois premières villes les plus généreuses sont Versailles, Neuilly-sur-Seine et Strasbourg.


A découvrir

Olivier Sancerre

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.