Tabac : les buralistes n'accepteront pas une hausse de plus de 20 centimes

Pour les buralistes, cette troisième hausse du prix du tabac en 15
mois ne devra pas excéder 20 centimes d'euros.

Ils sont en colère depuis plusieurs années déjà. La concurrence de la cigarette électronique ne les a pas aidés non plus. Et aujourd'hui, avec les hausses successives et la contrebande, ils n'en peuvent plus. Face à la hausse de 40 centimes qui doit intervenir en janvier 2014, les buralistes disent stop.

"Un effort partagé mais equitable"

Le président de la Confédération des buralistes Pascal Montredon a en effet refusé dimanche une augmentation du prix des cigarettes au 1er janvier, qui pourrait osciller, selon lui, entre 35 et 40 centimes. "S'il doit y avoir une hausse du prix du tabac, il faut qu'elle corresponde à la réalité de la hausse de la TVA. Nous sommes conscients que l'effort doit être partagé, mais il doit être équitable", a expliqué M. Montredon. Selon lui, "une hausse de 35 à 40 centimes, vers laquelle on pourrait s'orienter au 1er janvier, est irrationnelle. Nous ne l'acceptons pas", a-t-il insisté. Pour Pascal Montredon, l'augmentation supportable ne doit pas excéder 20 centimes d'euros, seule hausse qui "serait tolérable". Pascal Montredon tente ici de faire pression sur le gouvernement qui n'aurait pas encore finalisé la fixation de cette hausse.

"Troisième hausse en 15 mois"

Si elle se confirme, cette hausse serait la troisième, en 15 mois, après une augmentation de 40 centimes en octobre 2012, puis de 20 centimes en juillet dernier, et amènerait les paquets autour de 7 euros. Les industriels du tabac avaient jusqu'au 8 novembre pour envoyer au ministre du Budget leurs propositions de prix pour les cigarettes à partir du 1er janvier et demander des hausses de prix compte tenu de l'augmentation de la hausse de la TVA (de 19,6 à 20 %) et de la part du prix du tabac revenant aux buralistes. Aujourd'hui, les marques les moins chères sont à 6,30 euros le paquet quand les plus chères reviennent à 6,80 euros.


A découvrir

Tugdual de Dieuleveult

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.