Ikea reprend vos vieux meubles en échange d'un bon d'achat

50 %
Ikea a annoncé vouloir reprendre les anciens meubles à hauteur de 30 à
50% de leur prix.

Il est fort probable que vous ayez dans la cave ou dans votre garage des meubles Ikea dont vous n’avez plus l’usage.  

Ikea offre une seconde vie aux meubles

De mon côté, j’ai fait le décompte : deux commodes, un lit banquette, un lit double et des multitudes de chaises de bar nous encombrent. Et pourtant, pas question de les jeter, puisqu’ils sont encore présentables et parfaitement fonctionnels. Et sur le Bon Coin, même à 10 euros, personne n’en voudra.  

Alors j’ai une bonne nouvelle pour vous, comme pour moi : nous allons pouvoir faire de la place et en plus gagner un peu d’argent au passage. Ikea vient en effet d’annoncer qu’il reprenait ces meubles, pourvu qu’ils arrivent dans ses magasins montés et complets. Pas 2 euros 50, mais pour 30 à 50% de leur valeur à neuf.  

Une bonne affaire

J’ai fait le calcul : ce qui ne valait rien et prenait de la place devrait me rapporter entre 300 et 500 euros minimum ! Alors bien sûr, il y a un truc : Ikea ne fait pas de chèque à ceux qui rapportent leurs meubles, mais il leur donne un bon d’achat. Si le canapé du salon est fatigué, c’est peut-être le moment d’en changer gratuitement ou pour pas cher.

Sachant que lui aussi, d’ailleurs, Ikea le reprendra avec tout le reste. Tout cela s’inscrit dans un nouveau modèle : celui de l’économie circulaire. Ces meubles dont vous n’avez pas l’usage seront rachetés par d’autres clients qui en ont besoin, et seront ravis de les payer moins cher. À défaut, ils seront offerts à des associations ou bien recyclés.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).