[Best Of] Incendie de Notre Dame : un sacrifice glorieux, et utile ?

100 MILLIONS €
La famille Pinault (groupe Kering) a décidé de débloquer 100 millions
d'euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

Cet article initialement publié le 16 avril 2019 vous est proposé en « Best-of » pendant l’été 2019. Lors de sa première publication il a été consulté par 8568 lecteurs.

#NotreDame flambe ? Et bien moi je dis, tant mieux. Tant mieux, car depuis des années, les catholiques, la religion chrétienne, tout ses symboles, étaient régulièrement moqués, conspués, et même honnis.

Pensez seulement aux combats imbéciles de quelques laïcards absurdes contre d’innocentes crèches, placées dans des halls de bâtiments publics ou simplement dans la rue, avant Noël. De simples crèches, quelques santons, qui racontent une jolie histoire !

Pensez à ces églises qui depuis des années, sont détruites dans le silence le plus total un peu partout en France, malgré les efforts de gens courageux comme Alexandra Sobczak et son association Urgence Patrimoine pour essayer de les sauver.

Et voici tout d’un coup que Notre Dame s’embrase. Le fait que Victor Hugo ait imaginé, et décrit son incendie, ne me laisse pas indifférent. La suite nous dira ce qu’il en est.

Mais surtout, et donc, tant mieux Notre Dame a pris feu. Oui, tant mieux et même merci !! Car unanimes, tous les commentateurs, tous les badauds découvrent tout d’un coup que Notre Dame, c’est la France. 

Et cela faisait longtemps que le feu couvait, et même, qu’elle brûlait dans un silence assourdissant.

Les travaux de rénovation de Notre Dame qui commençaient tout juste étaient loin d’être financés. Et voici que ce drame va déclencher une vague de compassion, et, j’ose, de ferveur, de ferveur populaire pour l’essentiel, mais de ferveur spirituelle aussi ! Du monde entier ! 

L’argent va affluer, et je n’en parle évidemment pas avec avidité, mais avec plein d’espoir.

Les meilleurs tailleurs de pierre, les meilleurs charpentiers, les meilleurs poutres, le meilleur matériel vont affluer de toute l’Europe (chrétienne ?) pour reconstruire Notre Dame. Et qui plus est, fort probablement, dans des délais record, car la cause dépassera toutes les tracasseries administratives dont la France a le secret.

Alors oui, merci, Notre Dame, qui par ce sacrifice symbolique incarne mieux que tout l’espoir de la résurrection.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).