Les fraudeurs fiscaux bientôt démasqués par des algorithmes en France ?

30
La fraude fiscale représenterait un manque à gagner annuel de 30 à 36
milliards d'euros en France.

On le sait, le gouvernement, comme ceux qui l’ont précédé, est engagé dans une lutte sans merci contre les fraudeurs fiscaux, afin de récupérer les milliards qui lui échappent. Et les méthodes pour y parvenir ne cessent d’évoluer. 

Algorithmes 1 - Fraudeurs 0

Le ministre de l'Action et des Comptes publics a pris un arrêté autorisant l'administration fiscale à utiliser des logiciels pour débusquer des fraudeurs. Les services de Bercy vont donc pouvoir utiliser des logiciels algorithmiques à «titre expérimental» pour une période de 2 ans, afin de traquer les particuliers qui pratiquent la fraude fiscale. Jusque-là, les algorithmes n’étaient utilisés que pour contrôler les professionnels et les entreprises.

Comme l’explique Le Figaro, les logiciels pourront passer au crible des milliers d’informations sur les contribuables, recouper les coordonnées téléphoniques et électroniques, l'adresse postale, le statut et qualité dans une entreprise, les données fiscales «issues des déclarations fiscales annuelles», le fichier des comptes bancaires (FICOBA), ainsi que les données d'organismes sociaux ou les informations transmises par des administrations fiscales étrangères. Rien ne pourra leur échapper ! 

Des dizaines de milliards d'euros manquent à l'appel

En 2012, un rapport du Sénat s’est intéressé à mesurer l’incidence de l’évasion fiscale sur les finances publiques. Selon ses estimations, elle représenterait un manque à gagner annuel de 30 à 36 milliards d’euros pour l’administration fiscale française.

A titre de comparaison, le déficit de la Sécurité sociale s’élevait en 2012 à 13,3 milliards d’euros. A noter que l’évasion fiscale pourrait atteindre un montant de 50 milliards d’euros voire 60 à 80 milliards d’euros par an (selon le rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques), si l’ensemble des facteurs étaient pris en compte.


A découvrir


Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.