Pas de lignes 16 et 17 pour les JO de Paris en 2024

35 MILLIARDS €
Le coût du Grand Paris Express est désormais estimé à 35 milliards
d'euros.

La crise du coronavirus aura eu raison des délais de livraison des lignes 16 et 17 du Grand Paris. Initialement prévues pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, les deux lignes de métro très attendues par les Franciliens ne seront pas finies. 

Le Covid en cause 

Le secrétaire d’Etat aux Transports a annoncé la mauvaise nouvelle au micro de RTL : « Le calendrier était déjà tendu. Le Covid-19 décale encore un petit peu le calendrier. » Une annonce confirmée par la Société du Grand Paris, en charge du chantier mardi 7 juillet 2020 durant une réunion du conseil de surveillance. En cause dans ce retard la crise sanitaire et le confinement qui ont totalement bouleversé le calendrier. Un retard estimé entre trois et huit mois en fonction de la ligne.

Malgré des délais très tendus, les tunneliers ont dû s’arrêter comme la grande majorité de l’économie française le 17 mars 2020, avant de reprendre progressivement dès le 20 avril. Plus d’un mois d’arrêt forcé qui aura eu raison du calendrier. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a fait part de son mécontentement dans les colonnes du Parisien jugeant cette situation inacceptable : « il faut absolument qu'il y ait remobilisation de l'État français, du gouvernement sur les transports collectifs. »

Ligne 14 dernier espoir

Les lignes 16 et 17 devaient desservir respectivement dix gares, de Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs en Seine-Saint-Denis et neuf gares entre Saint-Denis Pleyel et Le Mesnil-Amelot. Des destinations pour le moment mal desservies et qui ont pour but premier de désengorger les autres voies de circulation mais également de permettre l’accès à certains sites des Jeux Olympiques de 2024. 

La SGP rassure cependant : « L’accès à ces sites [des JO 2024] ne sera possible qu’avec la ligne 14 dont l’extension est actuellement en cours ». Une extension qui sera opérationnelle à temps pour Paris 2024.


A découvrir