Pendant que Macron veut les Français au travail, l'Italie ferme ses usines

7 %
7% des cas de coronavirus considérés comme résolus se sont soldés par
un décès.

Le timing est parfait et montre encore une fois que le gouvernement français n’a rien appris de la crise du Covid-19 en Italie. La péninsule a décidé d’aller encore plus loin dans sa lutte contre le virus en mettant toute l’activité du pays à l’arrêt, y compris les usines. De son côté, le gouvernement français continue de vouloir faire tourner l’économie du pays.

Et l’Italie humilia le gouvernement français

Lors de son point presse quotidien du 21 mars 2020, Jérôme Salomon, à la tête de la cellule de crise, a donné les derniers chiffres de l’épidémie de coronavirus Covid-19. La France compte plus de 14.000 cas, plus de 550 décès et seulement 12 guérisons. Jérôme Salomon a également confirmé ce que de nombreux spécialistes déclaraient : la France a entre 8 et 10 jours de retard, en termes d’évolution épidémique, par rapport à l’Italie.

Mais le gouvernement semble ne pas comprendre la situation. Emmanuel Macron a appelé les travailleurs à se rendre à l’usine, alors que les syndicats déclarent que cela représente un danger pour les ouvriers. Et Jérôme Salomon, toujours le 21 mars 2020, a déclaré que la France avait les mêmes mesures que l’Italie et que cette dernière continuait de faire tourner ses usines. Il n’avait déjà pas tout à fait raison, mais il aurait dû éviter de le préciser.

Car le gouvernement italien, 5 heures après, a tout simplement changé de stratégie et mis à l’arrêt ses usines.

Toutes les usines fermées en Italie sauf celles « stratégiques »

Le gouvernement italien a écouté les syndicats : à 23h15, durant un live Facebook, Giuseppe Conte a annoncé la fermeture de toutes les usines du pays, mettant l’Italie à l’arrêt. Seules autorisées à ouvrir : celles stratégiques pour la gestion de l’urgence sanitaire en cours. Le détail n’est pas connu, mais ce devraient être les usines agroalimentaires, les usines de type stratégique dont la mise à l’arrêt pourrait entraîner une aggravation de la situation et celles qui produisent médicaments et produits annexes.

La fermeture devrait être en vigueur jusqu’au 3 avril 2020 ce qui permettra de réduire le nombre de personnes dans les rues et, surtout, de garantir la protection des travailleurs. « Les décès de nos concitoyens ne sont pas de simples nombres, ce sont des histoires de familles qui perdent leurs chers » a déclaré le Premier ministre italien.

Vers la fermeture des usines en France ?

Il paraît évident que la décision de Giuseppe Conte risque d’envenimer encore un peu les tensions entre le patronat et les syndicats qui demandent de plus en plus la fermeture des usines justement pour les raisons de risques sanitaires qu’encourent les salariés.

Pourtant, Emmanuel Macron et le gouvernement semblent vouloir répéter exactement les mêmes erreurs du gouvernement italien qui, lui, a malgré tout l’excuse d’avoir été le premier pays européen touché par le Covid-19 et donc été obligé de tâtonner pour trouver des solutions.

Si le gouvernement français ne décide pas d’anticiper les mesures, la situation en France sera identique à celle de l’Italie : des hôpitaux saturés, un tri entre les malades en fonction des chances de survie et un bilan humain catastrophique. L’Italie compte, au 22 mars 2020, 53.700 cas et se rapproche inexorablement de la Chine. Le nombre de morts y est même déjà supérieur, avec 4.825 décès.

Dans le monde, on compte désormais plus de 307.000 cas et 13.000 décès.


A découvrir