Cours du cuivre : le métal voit rouge

7 %
La Chine a connu sa plus mauvaise croissance depuis 6 ans, à 7% sur un
an, pour le premier trimestre 2015.

Depuis le début 2015, le cours du cuivre connaît une forte volatilité. Le déclin brutal du cours du cuivre fin janvier s’est accéléré avec le ralentissement de la demande en Chine.

Le cuivre a atteint un plus bas de cinq ans au début de l’année suite aux statistiques économiques décevantes en provenance de la Chine. Le métal rouge a ensuite connu une impulsion haussière soutenue par l’affaiblissement du dollar. Puis, les cours du cuivre ont connu un rallye de deux mois en février-mars progressant de 10% sur cette période.

La demande chinoise en baisse

Depuis début mars, le contrat pour une livre de cuivre à échéance juillet 2015 est de nouveau en baisse de plus de 2,30% à 267.10 dollars. Les investisseurs ont préféré prendre leurs profits plutôt que d’attendre une possible remontée des cours grâce à la relance initiée par la Chine, premier consommateur mondial de cuivre. Le pays connaît actuellement un ralentissement de sa croissance qui impacte la consommation de cuivre. Depuis janvier, la demande chinoise a été plus faible qu’attendue et le pays a annoncé sa plus mauvaise croissance du PIB depuis 6 ans s’établissant, au premier trimestre, à 7% sur un an. La croissance économique chinoise pourrait toutefois se reprendre dans la deuxième moitié de l’année du fait des mesures prises par le gouvernement chinois pour stimuler les commandes à l’industrie.

Un assouplissement du yuan

Dimanche 19 avril, la Banque populaire de Chine a annoncé pour la deuxième fois de l’année un assouplissement de sa politique monétaire. Le taux des réserves obligatoires des banques du pays a été abaissé de 100 points de base à 18,5%. Ce taux avait déjà été réduit de 50 points de base en février. Le gouvernement chinois veut ainsi inciter les banques à utiliser l’argent qu’elles n’auront pas à déposer auprès de la banque centrale chinoise pour des prêts et ainsi soutenir la croissance. Cette mesure pourrait permettre au pays de stimuler son économie. Toutefois, en dépit d’une politique robuste de la Banque centrale, l’activité dans le secteur manufacturier chinois s’est à nouveau contractée en avril pour le deuxième mois consécutif. Selon le bureau d’études HSBC-Markit, l’indice des directeurs d’achat est ressorti à 49,2 points contre 49,6 en mars. Le niveau des 50 indique qu’il n’y a aucun changement comparé au mois précédent et cet indice est demeuré sous le seuil des 50 points ce qui signale une contraction de l’activité.

Le cuivre, un indicateur clé de l'activité mondiale

Les chiffres officiels font état d’un crédit bancaire plus important en mars accordé par les banques chinoises et d’un montant global de 1.180 milliards de yuans (179,8 milliards d’euros), supérieur aux attentes. Malgré ces prêts, la masse monétaire a vu sa croissance ralentir à 11,6% sur un an contre 12,3% attendu. Ce ralentissement pourrait ainsi contraindre les autorités monétaires et politiques à accroître les mesures de soutien à l’économie. Le cuivre, utilisé principalement dans les industries de la construction et de l’électronique est un indicateur clé de l’avancé de l’activité mondiale. Beaucoup d’incertitudes entourent encore le cours futur du cuivre d’autant plus que la qualité du minerai au Chili, qui produit près d’un tiers du cuivre mondial, est en déclin. Selon les experts, le marché du cuivre pourrait repartir d’ici 2017 mais probablement pas avant.


A découvrir