Les ministres parlent icoulogie et laissent tourner la clim de leurs berlines

3 300
La canicule de 2015 a entraîné la mort de 3 300 personnes

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

La lettre STRATEGIES intitulée « L’or l’étoile fixe qui brille dans le ciel perspectives 2019 et au-delà » est en ligne, ainsi que la lettre confidentielle de la Robolution du mois de Juin. N’oubliez pas, rien n’est envoyé, vous devez vous connecter à votre espace lecteur en haut du site insolentiae. com ici pour aller télécharger l’ensemble de vos lettres et dossiers. Je vous en souhaite une excellente lecture et j’en profite pour vous exprimer toute ma gratitude pour votre soutien plus que jamais nécessaire. Merci.

Revenons-en à l’actualité.

La France a eu chaud, la France a souffert, les cadavres jonchent les rues de notre pays…

D’ailleurs comme j’aime les statistiques et pointer les paradoxes et autres manipulations, chaque année,

Canicule de 2017…580 décès !

Pour télécharger directement le rapport de Santé Publique France c’est ici. Bilan_canicule_260717 (1)

« Une vague de chaleur déclenchant les niveaux de vigilance jaune et orange mentionnés dans le Plan National Canicule (PNC) est survenue sur le territoire métropolitain entre le 17 et le 25 juin 2017.
Sur le plan environnemental, cet épisode a été précoce et étendu géographiquement puisqu’il a concerné, au plus fort de l’épisode, près de 87 % de la population métropolitaine, soit plus de 56 millions de personnes.Sur le plan sanitaire. Concernant la mortalité, cet épisode montre, une hausse tous âges de 6 % (soit un excès estimé de 580 décès) ».

Canicule de 2015… 3 300 décès

« Le nombre de décès toutes causes confondues extrapolé à l’échelle nationale est supérieur de près de 3 300 décès au nombre attendu sur l’ensemble de la période des trois épisodes caniculaires, soit une hausse de 6,5% de la mortalité. Il est à noter pour chaque épisode caniculaire, que l’excès de mortalité est estimé en semaine calendaire, quelle que soit la durée de l’épisode caniculaire ».

Source ici Santé Publique France

Pendant ce temps on meurt en France… 614 000 décès en 2018 !

C’est un chiffre terrible par son ampleur, mais nous connaissons tous l’issue funeste de la vie qui se termine par la mort dans 100% des cas.

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui a publié le 15 janvier 2019 dernier sa synthèse sur la démographie en France, le nombre de décès a été de 614 000 en 2018 dans notre pays (soit 8 000 de plus qu’en 2017).

Cela représente 1 682 décès par jour en moyenne toutes causes confondues sur la base de 365 jours par an.

En 2018, l’épidémie de grippe a été particulièrement mortelle puisqu’elle serait à l’origine de 17 900 décès ce qui est considérable, de même que les épisodes caniculaires de l’année dernière ont également eu un impact.

Au samedi 19 Juin… 4 décès recensés officiellement

« Samedi 29 juin, les autorités faisaient état d’au moins quatre morts à travers le pays depuis lundi. En outre, on compte une noyade par jour ». Source Le Figaro.fr ici

Je ne minimise pas, ni n’aggrave la situation. Seul le temps nous permettra d’étudier avec justesse les effets et les dégâts humains de cet épisode de chaleur intense en dehors de toute propagande politiquement exploitée. L’été n’est pas fini, loin de là.

En 2018 il y a tout de même eu plus de morts de la grippe qu’en 2003 de morts de la canicule… Il n’y a pas de taxe carbone envisagée pour la grippe ce qui me semble bien dommage si une taxe est efficace pour réduire les décès il ne faut pas s’en priver n’est-ce pas !

Pendant ce temps faites ce que je dis, vous les gueux, pas ce que je fais, moi le mamamouchi !

  Vidéo intégrée François Ruffin   ?@Francois_Ruffin    

Dedans, les grands discours sur la canicule et sur l'environnement. Dehors, les voitures des ministres, leurs escortes, moteurs qui tournent, sous 40°C.
Je fais mon Yann Barthès dans la cour de l'Assemblée.

  17,9 k 16:00 - 26 juin 2019   12,6 k personnes parlent à ce sujet   Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité    

Et oui, vous voyez la nécessité de députés libres dans leur tête et dans leurs actes, justement capable de porter la voix du peuple et des gueux ce qu’est justement censé être une représentation nationale digne de ce nom.

Peu importe que vous soyez pro ou anti-Ruffin, ce rôle de poil à gratter est indispensable à la démocratie.

Pendant donc, que les mamamouchis à l’icoulogie vous font des leçons de morale sur votre comportement qu’il va falloir changer, adapter et rendre vertueux évidemment à coup de taxes, de contraintes, d’obligations et autre emmerdements que l’on vous imposera de supporter, eux, les mamamouchis au petit postérieur aussi fragile que douillet, eux, dont l’importance importante est nettement supérieure à la vôtre, se permettent de laisser tourner les moteurs de leurs belles berlines payées par vos impôts (hahahahahaha) pour que la voiture de nos « saigneurs » soient bien fraîches après la séance à l’Assemblée…

Le bilan carbone n’est important que quand il peut permettre à nos saigneurs de nous saigner un peu plus.

Faites ce que je dis, pas évidemment ce que je fais.

L’icoulogie est une belle escroquerie, parce qu’il ne peut pas y avoir d’icoulogie dans un monde dont le système économique prélève tout ce que la terre produit en 1 an au 7ème mois de l’année ! Nous saignons notre planète car le système totalitaire marchand fonctionne ainsi. Réduire le bilan carbone des Français qui ne représentent moins de 1% des émissions mondiales, frise le ridicule absolu.

La réduction du CO² n’est en aucun cas l’alpha et l’oméga de l’écologie. Elle est multiple, plurielle et systémique.

C’est tout qu’il faut revoir, sans oublier de couper la clim de nos sinistres mamamouchis à qu’il fera le plus grand bien de suer avec les Français au lieu de nous faire suer. Les lois sont moins néfastes lorsqu’elles s’imposent vraiment à tous…

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.