Dégradation de la note de la France : une note salée pour les Français, la politique du Gouvernement sanctionnée

Parmi les points qui ne passent pas auprès de S&P, le taux de chômage,
au dessus des 10% jusqu'en 2016.

L'agence Standard & Poor's annonce ce matin sa décision d'abaisser la note de la France. Cette annonce, qui représente un signal particulièrement inquiétant pour la place de la France, sa compétitivité et son rayonnement dans le monde, est avant tout une sanction du mode de Gouvernement.

C'est l'incapacité à réformer qui est explicitement sanctionnée par Standard & Poor's, et les mauvaises décisions du Gouvernement sur le plan économique, qui aboutissent à une incapacité à résorber le chômage dans notre pays. Que ce soit sur la protection sociale, la compétitivité, les enjeux fiscaux, l'Etat et les collectivités locales, le Gouvernement n'a engagé aucune des réformes clés nécessaires à notre pays.

Ce sont les citoyens français qui payent, dans tous les sens du terme, la note aujourd'hui


Encourager l'emploi, c'est avant tout encourager les entreprises, ce que le Gouvernement a été incapable de faire depuis 18 mois. L'instabilité fiscale et le poids de la fiscalité globale ont conduit nombre d'entre elles à prendre des décisions de gestion lourde sur leurs effectifs, quand elles n'ont pas purement et simplement décidé de délocaliser ou de quitter notre pays.


Le Premier ministre et le Ministre de l'Economie doivent regarder les choses en face : c'est la politique du Gouvernement qui est sanctionnée, c'est la France qui recule du fait de leurs choix de gestion. Remettre en cause les critères de Standard & Poor's est un nouveau déni et une nouvelle erreur de gestion. Ce sont les mêmes qui considéraient les notes des agences comme de véritables références avant 2012.


A découvrir