Nous avons atteint les limites de la croissance

1,3 %
Selon l'Insee, la croissance française ne devrait pas excéder 1,3 % en
2016.

Dans un monde fini, la croissance économique peut-elle continuer indéfiniment ? Beaucoup comprennent intellectuellement que non, et pourtant les preuves que nous approchons des limites physiques à la croissance sont largement négligées, comme si la question ne nous concernait pas, comme si elle ne devait se poser que dans un avenir lointain.

Bien pire, les risques que l'atteinte des limites provoque un effondrement économique plutôt qu'un simple plafonnement de la prospérité, risques qui se précisent de plus en plus, ne sont ni aperçus ni discutés en dehors de cercles très réduits. Comment un tel aveuglement est-il possible ? A quelles limites et quels risques l'économie mondiale fait-elle face à court/moyen terme ? Gail Tverberg, analyste des liens entre énergie et économie et notamment des impacts prévisibles des limites sur les ressources naturelles, mène l'enquête.

Original en anglais - Gail Tverberg, 6 février 2014 Traduction en français et Notes - Alexis Toulet pour le Noeud Gordien, 18 décembre 2016

Combien de temps la croissance économique peut-elle continuer sur une planète finie ? C'est la question à laquelle le livre de Donella Meadows et al. "Les Limites à la Croissance (dans un monde fini)", publié en 1972 (NdT : et mis à jour en 2004), cherchait à répondre. Les modèles informatiques que l'équipe de chercheurs construisit suggéraient fortement que l'économie mondiale s'effondrerait à un moment quelconque de la première moitié du 21ème siècle.

J’étudie depuis 2005 quelle est la situation réelle quant aux limites sur les ressources. La conclusion à laquelle j'arrive est que l'équipe de chercheurs de 1972 avait bien raison. En fait, l'effondrement annoncé est pratiquement à notre porte et devrait commencer d'ici un à deux ans.(01) Par bien des aspects, l’effondrement semble déjà avoir commencé, tels la Grande Récession de 2008-2009 et l'effondrement de l'économie de petits pays comme la Grèce et l'Espagne. Comment l'effondrement peut-il être si proche, sans pratiquement que la population n’en ait aucune alerte ? Pour expliquer la situation, j'exposerai d'abord pourquoi nous atteindrons à brève échéance les Limites à la Croissance. Je donnerai ensuite une liste de neuf raisons qui ont fait négliger la crise qui nous est promise à court terme.

Pourquoi nous atteindrons à brève échéance les Limites à la Croissance

En termes simples, notre problème en tant que peuple est que nous ne sommes plus en train de nous enrichir. Nous sommes au contraire en train de nous appauvrir, comme on le voit à la difficulté qu'ont les jeunes à trouver des emplois bien payés. Comme nous nous appauvrissons, il devient de plus en plus difficile de payer nos dettes avec intérêt. C'est la combinaison du manque de croissance dans l'économie réelle et du besoin de croissance du fait du système d'endettement dont on peut s'attendre à ce qu'elle débouche sur un effondrement. La raison pour laquelle nous nous appauvrissons, c'est que des parties dissimulées de notre économie absorbent maintenant de plus en plus de ressources, ce qui en laisse moins pour produire les biens et services que nous sommes accoutumés à acheter. Ces parties dissimulées de notre économie sont affectées par l'épuisement des ressources. Par exemple, il faut maintenant davantage de ressources pour extraire le pétrole. C'est pourquoi le prix du pétrole a plus que triplé depuis 2002.(02) Il faut aussi davantage de ressources pour bien des processus cachés, comme des puits plus profonds ou la désalinisation pour produire de l'eau, et davantage d'énergie pour produire des métaux depuis des minerais à faible concentration.(03)

Le problème alors que nous atteignons toutes ces limites est un manque de capital physique pour l’investissement, comme le pétrole, le cuivre et les métaux rares. Quoique nous puissions en extraire davantage, certains comme le pétrole sont utilisés de bien des manières pour compenser des problèmes d'épuisement. Nous nous retrouvons avec trop de demandes adressées à la production de pétrole – il n'y en a pas assez pour à la fois 1) compenser les nombreux problèmes d'épuisement que le monde rencontre et 2) ajouter les nouvelles usines et capacités d'extraction nécessaires pour que l'économie mondiale continue à croître. Avec trop de demandes adressées à la production de pétrole, c’est la "croissance économique" qui tend à être sacrifiée. Les pays qui retirent la proportion la plus élevée de leur énergie du pétrole tendent à être spécialement affectés parce que les prix du pétrole élevés tendent à rendre les produits de ces pays inabordables. Les pays présentant un déclin de long terme de la consommation de pétrole, tels Etats-Unis, pays de l'Union Européenne et Japon, se retrouvent en récession ou en croissance très lente.

Lire la suite sur Le Noeud Gordien


A découvrir

Alexis Toulet

Alexis Toulet est diplomé de l'Ecole Polytechnique. Depuis 1997 il a fait carrière dans l'industrie, des nouvelles technologies à la défense et aux systèmes d'identité, et de la biométrie à la surveillance des frontières et l'architecture des systèmes. Passionné par les questions de stabilité économique confrontée aux contraintes majeures de l'époque politiques, de ressources et environnementales, il est webmestre du site d'investigations sur les crises Noeud Gordien